Faire un don
Des Rohingyans déplacés WIKIMEDIA COMMONS - DFID - UK Department for International Development

Des Rohingyans déplacés WIKIMEDIA COMMONS - DFID - UK Department for International Development

Rohingyas: le pape François plaide pour leurs pleins droits

Il dénonce une “persécution”

Le pape François a plaidé pour le respect des “pleins droits” des Rohingyas, minorité musulmane du Myanmar (Birmanie), dénonçant leur “persécution”.

Le pape a lancé cet appel, en italien, après l’angélus de ce dimanche 27 août 2017, depuis le bureau du palais apostolique du Vatican qui donne Place Saint-Pierre.

« De tristes nouvelles sont arrivées sur la persécution de la minorité religieuse de nos frères Rohingyas. Je voudrais leur exprimer toute ma proximité. Et nous tous demandons au Seigneur de les sauver, et de susciter des hommes et des femmes de bonne volonté pour leur venir en aide, qui leur donnent leurs pleins droits. Prions aussi pour nos frères Rohingyas », a déclaré le pape François.

Cet appel passe d’autant moins inaperçu que des rumeurs persistantes parlent d’une préparation du voyage du pape François au Myanmar (Birmanie) en novembre prochain. Pour fuir les violences, des milliers d’entre eux ont émigré, mais ils ont trouvé des portes fermées dans les pays où ils pensaient se réfugier.

Les agences internationales font état d’affrontements, dans la journée de vendredi 25 août 2017, dans l’Etat d’Arakan (ou “Rakhine”, dans l’est de la Birmanie), aux postes frontières avec le Bangladesh, faisant au moins 89 morts, dont 12 chez les forces de l’ordre, dans cette région de heurts entre la majorité bouddhiste et la minorité des Rohingyas musulmans.

Selon Radio Vatican, le bilan des violences est monté à plus de 100 morts.: des milliers ont franchi la frontière avec le Bangladesh, avant que la police bengalaise ne commence à repousser les personnes en fuite.

Le Bangladesh a renforcé les mesures de contrôle aux frontières, où se sont amassés des milliers de Rohingya à la suite des violences, explique la même source, alors que plus d’un million de musulmans Rohingyas vivent dans l’État de Rakhine, faisant l’objet depuis des années de persécutions et de restriction de leur liberté de mouvement. Considérés comme des immigrés du Bangladesh – des « bengalis » –, les Rohingyas – n’ont pas d’accès aux hôpitaux, aux écoles, au travail.

Le pape a lancé des appels répétés en faveur des Rohingyas depuis plusieurs années. Lors de l’audience générale du 8 février dernier, il s’était attristé : ce sont « des gens bons, des gens pacifiques. Ils ne sont pas chrétiens, ils sont bons, ils sont nos frères et sœurs ».

Dans son homélie du 19 mai 2015, à Sainte-Marthe, au Vatican, il avait réagi après l’arrivée de milliers de migrants abandonnés par les passeurs sur les côtes d’Indonésie, de Thaïlande et de Malaisie : « Pensons aujourd’hui à ces pauvres Rohingyas de Birmanie. En quittant leur patrie pour échapper aux persécutions, ils ne savaient pas ce qui allait leur arriver. Et cela fait des mois qu’ils sont sur un bateau  … Ils arrivent dans une ville où on leur donne de l’eau, de la nourriture, et on dit: ‘Allez-vous-en !’… Et cela se passe aujourd’hui. »

En août de la même année, il avait dit devant des membres du Mouvement eucharistique des jeunes : « Pensons à nos frères Rohingyas : ils sont chassés d’un pays, et d’un autre, et d’un autre et ils partent par la mer… Quand ils arrivent dans un port ou sur une plage, on leur donne un peu d’eau ou quelque chose à manger et on les chasse en les renvoyant sur la mer. C’est un conflit non résolu, et c’est une guerre, cela se nomme la violence, cela se nomme tuer. »

Selon les données de l’Arakan Project – organisation humanitaire défendant des droits des Rohingyas -, depuis 2010, quelque 100 000 membres de cette minorité ont fui la Birmanie par la mer. Les violences entre bouddhistes radicaux et Rohingyas auraient fait, depuis 2012, plus de 200 morts et 140 000 déplacés.

About Anita Bourdin

Journaliste accréditée au Vatican depuis 1995. A lancé Zenit en français en janvier 1999. Correspondante à Rome de Radio Espérance. Formation: journalisme (IJRS, Bruxelles), théologie biblique (PUG, Rome), lettres classiques (Paris IV, Sorbonne).

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel