Faire un don
Angélus du 10 nov. 2019, capture @ Vatican Media

Angélus du 10 nov. 2019, capture @ Vatican Media

La certitude de la résurrection des morts se fonde sur « la fidélité de Dieu » (traduction complète)

« Attendre l’au-delà »

La certitude de la résurrection des morts se fonde sur « la fidélité de Dieu, qui est le Dieu de la vie », déclare le pape François, dans son commentaire de l’évangile, avant l’angélus de ce dimanche 10 novembre 2019, place Saint-Pierre. Le pape invite à « attendre l’au-delà ».

Le pape explique la réponse de Jésus à une question de ses interlocuteurs sadducéens qui ne croyaient pas dans la résurrection: « Jésus répond que la vie appartient à Dieu, qui nous aime et se soucie de nous ».

Le pape a souligné le lien entre la vie et la fraternité: « La vie subsiste là où il y a du lien, communion, fraternité. Et c’est une vie plus forte que la mort quand elle est construite sur de vraies relations et des liens de fidélité. Au contraire, il n’y a pas de vie là où l’on prétend appartenir seulement à soi-même et de vivre comme des îles: dans ces attitudes, la mort prévaut. C’est l’égoïsme. Si je vis pour moi-même, je sème la mort dans mon coeur. »

Voici notre traduction rapide, de travail, de l’allocution du pape François.
AB

Paroles du pape François avant l’angélus

Chers frères et soeurs, bonjour!

La page de l’évangile d’aujourd’hui (cf. Lc 20, 27-38) nous offre un merveilleux enseignement de Jésus sur la résurrection des morts. Jésus est interpellé par des sadducéens qui ne croyaient pas en la résurrection et le provoquent donc par une question insidieuse:  » De qui sera-t-elle l’épouse , dans la résurrection, une femme qui a eu sept maris successifs, tous frères, qui sont morts l’un après l’autre? Jésus ne tombe pas dans le piège et répond que les ressuscités dans l’au-delà « ne prennent ni femme ni mari: car ils ne peuvent plus mourir, car ils sont égaux aux anges et, puisqu’ils sont enfants de la résurrection, ils sont enfants de Dieu » (vv. 35-36). Voilà la réponse de Jésus.

Par cette réponse, Jésus invite tout d’abord ses interlocuteurs – et nous aussi – à penser que cette dimension terrestre dans laquelle nous vivons maintenant n’est pas la seule, mais qu’il en existe une autre, qui n’est plus soumise à mort, dans laquelle il sera pleinement manifesté que nous sommes enfants de Dieu. Cela procure une grande consolation et une grande espérance d’écouter cette parole simple et claire de Jésus sur la vie après la mort; nous en avons tellement besoin surtout à notre époque, si riche en connaissances sur l’univers mais si pauvre en sagesse sur la vie éternelle.

Cette certitude limpide de Jésus sur la résurrection est entièrement basée sur la fidélité de Dieu, qui est le Dieu de la vie. En fait, derrière la question des sadducéens se cache une question plus profonde: non seulement de qui sera l’épouse la femme veuve de sept maris, mais de qui sera sa vie. C’est un doute qui touche l’homme de tous les temps et nous aussi: après ce pèlerinage terrestre, qu’en sera-t-il de notre vie? Appartiendra-t-elle au néant, à la mort?

Jésus répond que la vie appartient à Dieu, qui nous aime et se soucie tellement de nous, qu’il lie son nom au nôtre: il est « le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob. Le Dieu n’est pas des morts, mais des vivants; parce que tous vivent pour lui » (vv. 37-38). La vie subsiste où il y a du lien, communion, fraternité. Et c’est une vie plus forte que la mort quand elle est construite sur de vraies relations et des liens de fidélité. Au contraire, il n’y a pas de vie là où l’on prétend appartenir seulement à soi-même et de vivre comme des îles: dans ces attitudes, la mort prévaut. C’est l’égoïsme. Si je vis pour moi-même, je sème la mort dans mon coeur.

Que la Vierge Marie nous aide à vivre chaque jour dans la perspective de ce que nous disons dans la dernière partie du credo: « J’attends la résurrection des morts et la vie du monde à venir ». Attendre l’au-delà.

Copyright pour la traduction – Zenit, Anita Bourdin

About Anita Bourdin

Journaliste accréditée au Vatican depuis 1995. A lancé Zenit en français en janvier 1999. Correspondante à Rome de Radio Espérance. Formation: journalisme (IJRS, Bruxelles), théologie biblique (PUG, Rome), lettres classiques (Paris IV, Sorbonne).

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel