République tchèque: décès du card. Miloslav Vlk, à Prague

Le pape François lui avait téléphoné

Card. Vlk, 2012, wikipedia

Card. Vlk, 2012, wikipedia

Le cardinal tchèque Miloslav Vlk s’est éteint à Prague (République tchèque), ce samedi 18 mars, à l’âge de 84 ans, des suites d’un cancer, annonce le Saint-Siège.

Le pape François lui rend hommage dans un télégramme de condoléances au cardinal archevêque de Prague, Dominik Duka.

Le pape souligne « avec admiration sa tenace fidélité au Christ, en dépit des privations et des persécutions contre l’Eglise, ainsi que son activité apostolique féconde et multiple animée par le désir de témoigner à tous la joie de l’Evangile en promouvant un authentique renouveau ecclésial fidèle, toujours docile aux inspirations de l’Esprit Saint ».

Le pape François a téléphoné deux fois cardinal Miloslav Vlk, en janvier dernier, le sachant malade, pour lui exprimer son soutien. La première fois, en l’absence de réponse, il a laissé un bref message sur le répondeur,  a indiqué le cardinal Vlk lui-même sur son blog: « Cher cardinal Vlk, je suis le pape François. Je t’appelle pour te saluer et t’assurer que je prie pour ta santé. Je t’embrasse fort et que Dieu te bénisse ».

Quand le cardinal tchèque a, à son tour, téléphoné au Vatican pour remercier le pape, il ne lui a pas été possible de lui parler, car le pape était pris par des engagements.

Ce n’est qu’à la troisième fois que le pape et le cardinal ont réussi à se parler au téléphone. Lors d’une conversation de quelques minutes, le pape a dit : « Je savais que tu étais malade, c’est pourquoi je t’ai appelé et je t’ai cherché ».

Le pape et le cardinal ont notamment parlé de la maladie et des thérapies en cours. Le cardinal a confié au pape qu’il était serein, bien aidé et entouré de manifestations d’affection et de sympathie, venant du pays ou de l’étranger.

Le cardinal Miloslav Vlk avait été ordonné prêtre le 23 juin 1968, durant la période historique du Printemps de Prague. Il est alors appelé comme secrétaire particulier de son évêque. Son influence déplaît aux autorités communistes de l’époque qui obtinrent son transfert dans une région isolée et montagneuse en 1971.

En 1978, les autorités révoquent même son autorisation d’exercer son ministère sacerdotal. Il doit le vivre secrètement pendant 10 ans, en travaillant comme laveur de vitres dans le centre de Prague, raconte sa biographie signée par Alain Boudre : « Laveur de vitres et archevêque : biographie de Mgr Miloslav aitVlk » avec une préface de Vaclav Havel (Nouvelle cité, Paris, 1994). Il partageait en effet la spiritualité du Mouvement des Focolari.

La « Révolution de velours » et la chute du communisme, en 1989, marquent une nouvelle étape de sa vie : il obtient l’autorisation d’exercer son ministère sacerdotal lui permettant de s’occuper de paroisses.

En 1991, le pape Jean-Paul II le nomme archevêque de Prague : il le restera jusqu’en 2010. Et en 1994, Jean-Paul II le « crée » cardinal. Il accueillera Benoît XVI à Prague, en 2009.

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!