Faire un don
Regina Caeli du 28 avril 2019, capture Vatican Media

Regina Caeli du 28 avril 2019, capture Vatican Media

Regina Caeli : Tu n’es pas en paix ? Touche les plaies de Jésus

Méditation pour la Dimanche de la miséricorde (Traduction intégrale)

« Tu n’es pas en paix ?… Va visiter quelqu’un qui est le symbole de la plaie de Jésus. Touche la plaie de Jésus », a recommandé le pape François lors du Regina Caeli de ce 28 avril 2019, Dimanche de la miséricorde.

En célébrant la prière mariale qui remplace l’angélus au temps pascal, le pape a expliqué que les plaies de Jésus étaient « les nombreux problèmes, difficultés, persécutions, maladies, dont souffrent tant de personnes ».

« Approchons-nous de Jésus, a-t-il encouragé, et touchons ses plaies dans nos frères qui souffrent. Les plaies de Jésus sont un trésor : d’elles, sort la miséricorde. Soyons courageux et touchons les plaies de Jésus. »

Jésus apporte la joie, a aussi affirmé le pape : « Si tu es triste, si tu n’es pas en paix, regarde Jésus crucifié, regarder Jésus ressuscité, regarde ses plaies et prends cette joie. »

Voici notre traduction de la méditation que le pape a prononcée depuis une fenêtre du palais apostolique donnant place Saint-Pierre.

Paroles du pape avant le Regina Caeli

Chers frères et sœurs, bonjour !

L’Evangile d’aujourd’hui (cf. Jn 20,19-31) raconte que le jour de Pâques, Jésus apparaît à ses disciples au Cénacle, le soir, en apportant trois dons : la paix, la joie, la mission apostolique.

Ses premières paroles sont : « La paix soit avec vous ! » (v. 21). Le Ressuscité apporte la paix authentique, car par son sacrifice sur la croix, il a réalisé la réconciliation entre Dieu et l’humanité et il a vaincu le péché et la mort. C’est la paix. Ses disciples avaient d’abord besoin de cette paix, parce qu’après l’arrestation et la condamnation à mort du Maître, ils étaient tombés dans l’égarement et dans la peur. Jésus se présente vivant au milieu d’eux et, montrant ses plaies – Jésus a voulu conserver ses plaies –, dans son corps glorieux, il donne la paix comme fruit de sa victoire. Mais ce soir-là l’apôtre Thomas n’était pas présent. Informé de cet événement extraordinaire, incrédule devant le témoignage des autres Apôtres, il prétend vérifier en personne la vérité de ce qu’ils affirment. Huit jours plus tard, c’est-à-dire comme aujourd’hui, l’apparition se répète : Jésus vient à la rencontre de l’incrédulité de Thomas, en l’invitant à toucher ses plaies. Elles constituent la source de la paix, parce qu’elles sont le signe de l’amour immense de Jésus qui a vaincu les forces hostiles à l’homme, le péché, la mort. Il l’invite à toucher ses plaies. C’est un enseignement pour nous, comme si Jésus nous disait à tous : “Si tu n’es pas en paix, touche mes plaies”.

Toucher les plaies de Jésus, qui sont les nombreux problèmes, difficultés, persécutions, maladies, dont souffrent tant de personnes. Tu n’es pas en paix ? Va, va visiter quelqu’un qui est le symbole de la plaie de Jésus. Touche la plaie de Jésus. De cette plaie jaillit la miséricorde. C’est pour cela qu’aujourd’hui c’est le dimanche de la miséricorde. Un saint disait que le corps de Jésus crucifié est comme un sac de miséricorde, qui parvient à tous à travers ses plaies. Nous avons tous besoin de la miséricorde, nous le savons. Approchons-nous de Jésus et touchons ses plaies dans nos frères qui souffrent. Les plaies de Jésus sont un trésor : d’elles, sort la miséricorde. Soyons courageux et touchons les plaies de Jésus. Par ces plaies, il se tient devant le Père, il les montre au Père, comme s’il disait : “Père, c’est le prix, ces plaies sont ce que j’ai payé pour mes frères”. Par ses plaies, Jésus intercède devant le Père. Il nous donne la miséricorde si nous nous approchons, et il intercède pour nous. N’oubliez pas les plaies de Jésus.

Le deuxième don que Jésus apporte aux disciples est la joie. L’évangéliste rapporte que « les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur. » (v. 20). Et il y a aussi un verset, dans la version de Luc, qui dit qu’ils ne pouvaient pas croire à leur joie. Nous aussi peut-être, quand il s’est passé quelque chose d’incroyable, de beau, nous avons envie de dire : “Je ne peux pas y croire, ce n’est pas vrai !”. Les disciples étaient comme cela, ils ne pouvaient pas croire à leur joie. C’est la joie que nous apporte Jésus. Si tu es triste, si tu n’es pas en paix, regarde Jésus crucifié, regarde Jésus ressuscité, regarde ses plaies et prends cette joie.

Et puis, au-delà de la paix et de la joie, Jésus apporte aussi aux disciples la mission. Il leur dit : « De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. » (v. 21). La résurrection de Jésus est le commencement d’un dynamisme nouveau d’amour, capable de transformer le monde par la présence de l’Esprit Saint.

En ce deuxième dimanche de Pâques, nous sommes invités à nous approcher du Christ avec foi, en ouvrant notre cœur à la paix, à la joie et à la mission. Mais n’oublions pas les plaies de Jésus, parce que d’elles sortent la paix, la joie et la force pour la mission. Confions cette prière à l’intercession maternelle de la Vierge Marie, reine du ciel et de la terre.

Traduction de Zenit, Anne Kurian

About Anne Kurian

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel