Faire un don
Le siège des Nations Unies à Genève @ ONU/Jean-Marc Ferré

Le siège des Nations Unies à Genève @ ONU/Jean-Marc Ferré

RDC : Mgr Camilleri plaide pour un processus électoral « impartial et démocratique »

Les évêques du pays encouragent les Congolais à prendre en main leur propre destin

« Il y a un besoin urgent de progrès sur le plan politique » en République démocratique du Congo, « notamment en ce qui concerne les engagements pris en vue des élections de décembre prochain, y compris l’organisation d’un processus électoral impartial et démocratique, ainsi que la mise en œuvre complète et effective des dispositions de l’accord du 31 décembre 2016 ». C’est ainsi que s’est exprimé Mgr Antoine Camilleri devant les Nations Unies.

Mgr Antoine Camilleri, sous-secrétaire du Saint-Siège pour les Relations avec les États, est intervenu à la Conférence humanitaire sur la République démocratique du Congo (RDC) organisée par le Bureau des Nations Unies pour la Coordination des Affaires humanitaires, au Palais des Nations, à Genève, le 13 avril 2018. Il a rappelé les nombreuses prises de parole et les appels du pape François en faveur de la paix en RDC et a souligné les aides apportées par le Saint-Siège et par la Caritas aux populations éprouvées du pays africain.

« La Conférence nationale des évêques du Congo (CENCO), a-t-il souligné, demande à la communauté internationale d’accompagner la RDC dans son processus électoral, ainsi que de promouvoir le bien-être du peuple congolais tout en encourageant les Congolais eux-mêmes à être vigilants et à prendre en main leur propre destin ».

Voici notre traduction de certains passages du discours de Mgr Camilleri.

HG

Discours de Mgr Antoine Camilleri

Je suis heureux de transmettre les salutations du Pape François à tous ceux réunis dans cette assemblée de la Conférence Humanitaire de Haut Niveau sur la République Démocratique du Congo. C’est avec beaucoup d’espoir que cette Conférence humanitaire pourra, grâce à un dialogue sincère et honnête, répondre aux besoins de millions de personnes qui souffrent d’un manque de nourriture et de ressources médicales de base. Grâce à nos efforts aujourd’hui, des solutions réelles et durables peuvent se réaliser dans un esprit de responsabilité partagée, de solidarité et de fraternité. (…)

De ce point de vue, le Saint-Siège reconnaît avec enthousiasme les contributions généreuses offertes par les pays donateurs pour aider au financement du plan de réponse humanitaire le plus urgent pour la RDC. Dans le même temps, il faut dire qu’il y a un besoin urgent de progrès sur le plan politique, notamment en ce qui concerne les engagements pris en vue des élections de décembre prochain, y compris l’organisation d’un processus électoral impartial et démocratique, ainsi que la mise en œuvre complète et effective des dispositions de l’accord du 31 décembre 2016. La Conférence nationale des évêques du Congo (CENCO) demande à la communauté internationale d’accompagner la RDC dans son processus électoral, ainsi que de promouvoir le bien-être du peuple congolais tout en encourageant les Congolais eux-mêmes à être vigilants et à prendre en main leur propre destin. (…)

L’Église catholique est (…) confrontée à une situation particulièrement difficile en raison de la violence que certains de ses membres ont subie à la suite de la première marche pour la paix organisée par le Comité de Coordination des Laïcs (CLC), ainsi que pour les destructions et meurtres régulièrement présents dans les zones où les bandes armées se déplacent sans interruption, comme dans le Grand Kasaï, Utembe-Beni et Djugu, ainsi que dans les provinces de l’Ituri, au Nord et au Sud-Kivu, pour n’en citer que quelques-unes. Plus récemment, le 8 avril, un prêtre du diocèse de Goma a été tué. Ces groupes armés ou milices locales, dont les activités violentes deviennent de plus en plus agressives, tentent souvent de justifier leurs activités par des prétextes ethniques / tribaux alors qu’en réalité, ils sont souvent motivés politiquement et économiquement. (…)

Les souffrances de millions de civils congolais innocents, ainsi que celles de nombreuses autres populations, qui fuient les guerres et les catastrophes environnementales, sont très présentes dans l’esprit et dans le cœur du pape François. (…)

La situation humanitaire qui ne cesse de s’aggraver, et dramatique, en RDC nous pose un sérieux défi de trouver des solutions immédiates, efficaces et durables. Depuis 2016, le Saint-Siège a intensifié son aide aux diocèses des zones les plus touchées, en particulier celles du Grand Kasaï, du Sud Kivu et du Tanganika. (…)

La crise humanitaire en RDC a mis 13 millions de personnes en danger de mort. La faim, comme le dit le pape François, n’est pas « une maladie incurable […] Pourtant, la mort par la famine ou l’abandon de sa propre terre est une nouvelle quotidienne qui risque de se heurter à l’indifférence. Il est donc urgent de trouver de nouvelles solutions pour transformer les possibilités qui s’offrent à nous en une garantie qui permette à chacun de se tourner vers l’avenir avec une confiance fondée et pas seulement un vœu » (Discours à la FAO, 16 octobre 2017). Il s’agit de prêter plus d’attention aux besoins de ceux qui nous tendent la main, à ceux qui ont besoin de notre aide.

© Traduction de Zenit, Hélène Ginabat

About Hélène Ginabat

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel