Faire un don
Père Zollner et père Lombardi © Vatican Media

Père Zollner et père Lombardi © Vatican Media

Protection des mineurs : un « changement d’attitude de la part de nombreux évêques »

Le p. Zollner dresse le bilan de la rencontre mondiale au Vatican

« Personne n’a quitté le sommet sans être déterminé à faire tout son possible pour améliorer la situation », a déclaré le p. Zollner au lendemain de la rencontre sur « La protection des mineurs dans l’Église » (21-24 février 2019), dans des propos rapportés par Vatican News en italien du 25 février 2019. Cette rencontre, a-t-il dit, « a eu un résultat … très encourageant : la conversion, le changement d’attitude de la part de nombreux évêques ».

Cette prise de conscience, a expliqué le jésuite membre du Comité organisateur et de la Commission pontificale pour la protection des mineurs, a eu lieu « surtout dans les régions où jusqu’à présent ils disaient : ‘Ce n’est pas un thème qui nous concerne… ». En Afrique, en Asie, où j’ai souvent entendu dire : ‘C’est un problème de l’Occident, nous n’avons pas ces crimes.’ Au lieu de cela, ils ont compris que non seulement ces crimes sont commis dans leurs propres pays, mais qu’ils doivent également faire tout ce qui est en leur pouvoir pour que justice soit rendue, pour écouter les victimes et pour se mettre au travail à fond pour la prévention. »

Le p. Zollner a rappelé que dans ce travail, l’Église ne partait pas « de zéro » : « Nous avons déjà mis en œuvre, dans certaines parties du monde, de nombreuses mesures de sécurité et de protection qui peuvent également aider d’autres régions du monde à inspirer et à travailler régulièrement pour faire le suivi de cette rencontre. »

En ce qui concerne les résultats concrets de la rencontre, le p. Zollner a parlé de la préparation des « lignes directrices pour la Cité du Vatican et des lois pour l’État de la Cité du Vatican, qui seront pratiquement promulguées prochainement », et de « la création d’équipes spéciales, c’est-à-dire de groupes d’experts qui se rendront partout dans le monde pour aider les conférences épiscopales qui ont le plus besoin de ressources ».

« Dans de nombreuses régions d’Afrique et d’Asie, a souligné le jésuite, il n’y a pas de culture de prévention, il n’y a pas de personnes capables de porter ce travail, ni dans l’Eglise ni dans la société. Alors pour lancer un processus de réflexion, mais aussi une mise en œuvre effective de la protection des mineurs, seront envoyées des personnes qui pourront aider les conférences épiscopales, les congrégations religieuses, à faire tout pour que dans cette région du monde les jeunes soient en sécurité. »

About Marina Droujinina

Journalisme (Moscou & Bruxelles). Théologie (Bruxelles, IET).

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel