Protection des mineurs: Marie Collins démissionne de la Commission pontificale

L’Irlandaise, ancienne victime d’abus sexuels, proteste contre les résistances de certains dicastères

Marie Collins, ancienne membre de la Commission pour la protection des mineurs © mariecollins.net

Marie Collins, ancienne membre de la Commission pour la protection des mineurs © mariecollins.net

L’Irlandaise Marie Collins a démissionné de la Commission pontificale pour la protection des mineurs (PCPM), dont elle était membre depuis ses débuts (2014), en date du 1er mars 2017. La commission salue le travail de l’experte, ancienne victime d’abus sexuels, qui proteste contre le « manque de coopération » de certains dicastères, indique un communiqué de la commission.

Marie Collins continuera cependant à collaborer avec la commission dans un rôle d’éducation, précise la note de la PCPM qui rend hommage à « ses compétences exceptionnelles d’enseignement et (à) l’impact de son témoignage comme ancienne victime ».

Le pape François a exprimé sa « profonde appréciation » à Marie Collins. Elle-même ancienne victime d’un prêtre pédophile, elle s’est battue « constamment et inlassablement » pour que « les voix des victimes soient entendues, et pour que la guérison des victimes soit une priorité de l’Eglise », ajoute le communiqué du Saint-Siège.

Dans sa lettre de démission au pape, citée par la commission, Marie Collins exprime sa frustration face au manque de coopération des bureaux de la Curie romaine avec la PCPM. Elle reconnaît l’engagement des membres de la commission et leur bonne volonté mais regrette « des reculs constants » dus à la « résistance » de « certains membres de la Curie vaticane ».

« Nous écouterons attentivement tout ce que Marie souhaite partager avec nous sur ses préoccupations et ses contributions importantes vont beaucoup nous manquer », écrit quant à lui le cardinal Sean O’Malley, président de la commission.

« Avec les membres de la Commission, ajoute-t-il, je suis profondément reconnaissant que Marie soit disposée à continuer de travailler avec nous dans l’éducation des responsables de l’Eglise, y compris pour les prochains programmes à l’attention des nouveaux évêques et des dicastères du Saint-Siège ».

« Quand la Commission se réunira … le mois prochain, nous aurons l’occasion de discuter de ces affaires », précise le cardinal américain avant d’assurer : « Nos prières demeurent avec Marie et avec toutes les victimes d’abus sexuels ».

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!