Faire un don
Prédication du p. Cantalamessa, 21 déc. 2018 © Vatican Media

Prédication du p. Cantalamessa, 21 déc. 2018 © Vatican Media

Prédications de carême au Vatican : « Rentre en toi-même »

Le p. Cantalamessa illustre son thème

Chaque vendredi matin, du 15 mars au 12 avril 2019, le prédicateur de la Maison pontificale, le p. Raniero Cantalamessa, donnera cinq méditations de carême, sur le thème « Rentre en toi-même ». Le chrétien a besoin de moments de silence, de solitude, pour rencontrer Dieu dans son cœur, explique-t-il en substance.

Cette phrase de saint Augustin, explique-t-il à Vatican News, « met en évidence le lieu ou la condition pour pouvoir entrer en contact avec le Dieu vivant, que nous rencontrons dans l’Eucharistie, dans la Parole de Dieu, mais aussi dans notre cœur… si nous ne rentrons pas en nous-mêmes, si nous ne nous soustrayons pas un peu à l’extériorité, au bruit, nous ne pouvons pas rencontrer le Dieu vivant ».

Le carême, souligne encore le capucin, suggère des attitudes propices à cette rencontre : le jeûne et la prière. Il encourage à « trouver quelques espaces de silence, d’écoute de la Parole de Dieu, participer à quelques célébrations… entrer dans une église en revenant du travail… et y rester quelques instants, pour que s’interrompe le flux de l’extérieur qui passe à travers les cinq sens ». Sans cela, « nous ne pouvons pas entrer en contact avec notre cœur ».

« Dieu parle au cœur, il continue à parler aux personnes, affirme le p. Cantalamessa … Nous avons besoin de moments où nous ‘débranchons’, comme on le dit couramment, pour pouvoir entrer en contact avec une autre dimension. »

L’une des prédications sera dédiée à la lutte contre l’idolâtrie : « l’idolâtrie ne s’est pas terminée avec le paganisme … aujourd’hui (ces idoles) ont pris d’autres noms, mais elles existent et elles s’appellent : sexe, pouvoir, violence ». Le prédicateur pointe du doigt « une idole universelle que nous avons tous en nous, une sorte de veau d’or qui fait malheureusement partie de nous depuis la naissance : notre “moi”, notre égoïsme ». « Et d’inviter à « substituer Dieu au “moi” ».

« La dernière prédication parlera de la Croix du Christ, conclut le p. Cantalamessa, comme le moment suprême où Dieu se révèle pour ce qu’il est, c’est-à-dire amour… Dieu confond la sagesse par la folie, et la puissance par la faiblesse, c’est-à-dire l’amour. Dans la Croix… Dieu se révèle pour ce qu’il est : un amour qui se donne jusqu’à l’immolation totale. »

About Anne Kurian

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel