Pour Benoît XVI, la mise à l’écart de la religion est un « grave risque » pour la société, affirme le P. Lombardi

Une rencontre à Varsovie à l’occasion des 90 ans du pape émérite

Congrès à Varsovie pour les 90 ans de Benoît XVI © Fondation Ratzinger

Congrès à Varsovie pour les 90 ans de Benoît XVI © Fondation Ratzinger

Le pape Benoît XVI est « profondément convaincu » que « le déni de Dieu », « la mise à l’écart de la religion dans la vie publique » sont «  les causes d’un processus très négatif et de graves risques pour la vie de la société et la défense de dignité de toute personne humaine », a affirmé le père Federico Lombardi.

Le jésuite, président de la Fondation vaticane Joseph Ratzinger-Benoît XVI, est intervenu sur l’héritage spirituel du pape émérite et sur le rôle de la foi chrétienne et de l’Église dans la vie de la société et de l’Europe à une rencontre, organisée à l’occasion des 90 ans de Benoît XVI, le 19 avril 2017, à Varsovie, en Pologne. Intitulée « Le concept d’État dans la perspective de l’enseignement du cardinal Joseph Ratzinger-Benoît XVI »,  elle s’est tenue sous le haut patronage du président de la République de Pologne, et avec le concours de la conférence épiscopale et du parlement de la république polonaise, indique la Fondation.

Le pape Benoît XVI, a dit le père Lombardi,  est « profondément convaincu » que « la plus solide des garanties pour un système de protéger la dignité et la valeur de la personne humaine repose sur la reconnaissance … de la vérité d’un ordre moral objectif, basé … sur la raison créatrice de Dieu ».

Au cours de son pontificat, le pape est « revenu sur cette question avec insistance et courage, a rappelé le père Lombardi : je dirais même avec ardeur et passion ». Il a évoqué son intervention au Reichstag de Berlin où « son avertissement sur les terribles conséquences d’un exercice du pouvoir détaché de la conscience de sa nature, qui ne se reconnaît donc plus responsable par rapport à un ordre moral objectif … résonna haut et fort, courageusement, dans la salle. »

À Varsovie, le père Lombardi a souligné le lien profond entre le pape Benoît et « son grand prédécesseur Jean Paul II » : « Un pape allemand successeur du pape polonais : quel formidable message de compréhension mutuelle et profonde, de réconciliation et d’engagement pour la paix, a-t-il dit. Ces deux grands personnages de notre histoire contemporaine sont un vrai don pour l’Église et l’humanité ! »

Voici notre traduction de l’italien de l’intervention du père Lombardi.

MD

Discours du P. Federico Lombardi

Messieurs les présidents du parlement … Chers représentants du peuple polonais,
Illustres représentants des parlements de la république fédérale d’Allemagne et de Hongrie,
Eminence, préfet de la congrégation pour la doctrine de la foi,  cher nonce, Eminence et excellences, chers pasteurs de l’Eglise en Pologne,
Messieurs les ambassadeurs, chers confrères et chères consœurs journalistes, chers amis,

Au nom de la fondation vaticane Joseph Ratzinger – Benoît XVI je suis heureux de pouvoir remercier toutes les personnes ici présentes d’avoir accepté l’invitation à participer à cette importante manifestation, organisée à l’occasion des 90 ans du Pape émérite Benoît XVI, non seulement pour rendre hommage à sa personne et manifester notre gratitude pour ses services rendus à l’Eglise catholique et à l’humanité, mais pour entretenir l’héritage de sa pensée et de son inspiration spirituelle.

Le choix de promouvoir une rencontre comme celle d’aujourd’hui, très particulière, sous le haut patronage du président de la république de Pologne, et avec le concours de la conférence épiscopale et du parlement de la république polonaise, ne vient pas du désir de poser un acte  à vaste résonnance publique mais répond au désir de réfléchir ensemble à des questions auxquelles la grande figure de Joseph Ratzinger était vraiment sensible, quand il était cardinal, mais également pendant son pontificat. Des questions très révélatrices de sa préoccupation et de son attachement au bien intégral des personnes humaines, de chaque peuple et de la famille des peuples dans son ensemble.

Pour l’avoir suivi tout au long de son pontificat – chaque jour mais surtout durant ses grands voyages internationaux -, j’ai pu comprendre de plus en plus combien son désir de service, au début dirigé vers la communauté des fidèles catholiques, ne se limitait absolument pas à celle-ci mais s’étendait au bien de chaque personne humaine, vue à l’image de Dieu, au respect et à la promotion de sa très haute dignité, à sa protection contre toute forme de mépris, d’arbitraire, de violence. Il était en cela en profonde harmonie avec son grand prédécesseur Jean Paul II, dont il fut avant un fidèle collaborateur – et nous pouvons dire aussi un ami – pendant plus de vingt ans et ensuite un vrai continuateur durant son pontificat. Un pape allemand successeur du pape polonais: quel formidable message de compréhension mutuelle et profonde, de réconciliation et d’engagement pour la paix avons-nous sous les yeux. Ces deux grands personnages de notre histoire contemporaine sont un vrai don pour l’Eglise et l’humanité !

Le savent très bien les citoyens de cette nation que Benoît XVI s’est empressé d’aller visiter dès son deuxième voyage à l’étranger, en rendant hommage au grand pays et à la mémoire de Jean Paul II, et se rendant, sur ses traces, au terrible camp de concentration nazi d’Auschwitz-Birkenau, un pèlerinage humain et spirituel que toute personne qui réfléchit aux fondements de la cohabitation entre les hommes dans la justice et dans la paix, et veut être conscient des risques qui hélas la menacent continuellement,  sent comme un devoir..

En prenant congé de la Pologne, Benoît XVI avait parlé à son tour  des adieux de saint Jean Paul II à son dernier voyage dans sa patrie, quand il « exhorta la nation polonaise à se laisser toujours guider par des sentiments de miséricorde, de solidarité fraternelle, de dévouement au bien commun, et exprima sa ferme confiance que, de cette manière, non seulement elle trouverait une place appropriée au sein de l’Europe unie, mais qu’elle enrichirait également de sa tradition ce continent et le monde entier ». Et Benoît XVI avait ajouté: « Aujourd’hui, alors que votre présence dans la famille des Etats d’Europe se consolide toujours davantage, je souhaite de tout cœur répéter ces paroles d’espérance. Je vous prie de rester de fidèles gardiens du dépôt chrétien, et de le transmettre aux générations à venir ». Depuis, onze années sont passées. Comme nous le savons, le contexte des défis pour la Pologne et l’Europe a changé, mais les questions sur les fondements restent actuelles, et  donc aussi celle sur le rôle de la foi chrétienne et de l’Eglise dans la vie de la société, de la polis et de notre continent. Cette question vaut donc la peine que l’on revienne dessus aujourd’hui.

Joseph Ratzinger – Benoît XVI est profondément convaincu que le vrai fondement, la plus solide des garanties pour un système de protéger la dignité et la valeur de la personne humaine repose sur la reconnaissance, par la raison humaine, de la vérité d’un ordre moral objectif, basé dernièrement sur la raison créatrice de Dieu, et que le déni de Dieu, ou son oubli, la mise à l’écart de la religion dans la vie publique et dans toute perspective de transcendance par la culture, sont en réalité  les causes d’un processus très négatif et de graves risques pour la vie de la société et la défense de dignité de toute personne humaine. Benoît XVI est donc revenu sur cette question avec insistance et courage – je dirais-même avec ardeur et passion, au risque parfois de trouver une forte opposition – devant les assemblées les plus qualifiées et les plus influentes, convaincu que c’était là sa précise responsabilité par rapport à l’évolution culturelle de la société européenne aujourd’hui et du rôle de l’Europe face à l’histoire du monde.

Traduction de Zenit, Océane Le Gall

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!