Faire un don
Migrants, réfugiés © un.org

Migrants, réfugiés © un.org

Pacte mondial sur les réfugiés : pour une « approche holistique »

Mgr Jurkovic invite à respecter le principe de « non-refoulement »

À propos du Pacte mondial sur les réfugiés, Mgr Jurkovic préconise une « approche holistique », « meilleur moyen de détecter et de surmonter les stéréotypes préjudiciables, d’éviter de stigmatiser quiconque sur quelques aspects spécifiques et de prendre en compte toutes les dimensions et les aspects fondamentaux de la personne dans son ensemble ».

Mgr Ivan Jurkovic, observateur permanent du Saint-Siège auprès des Nations Unies et d’autres organisations internationales à Genève, est intervenu lors de la troisième consultation officielle en vue d’un Pacte mondial sur les réfugiés, à Genève, le 10 avril 2018. Sa première déclaration était intitulée : Réception et admission.

D’autre part, refusant « une approche exclusivement axée sur la sécurité », le représentant du Saint-Siège invite à « s’attaquer au problème de l’identification des personnes ayant besoin d’une protection internationale du point de vue des déracinés » afin d’aider la communauté internationale à « élaborer un programme d’action plus complet et plus humain ». Dans tous les cas, insiste-t-il, « le principe de « non-refoulement » doit être respecté ».

Voici notre traduction du discours prononcé par Mgr Jurkovic.

HG

Discours de Mgr Ivan Jurkovic

Merci, Madame la Modératrice.

Alors que les États ont la responsabilité principale de l’accueil et de l’admission des réfugiés, le Saint-Siège, en vertu de sa mission et sur la base de son expérience, souhaite rappeler à la communauté internationale les principes d’humanité et de solidarité qui sous-tendent à la fois la coexistence sociale et la coopération internationale.

Lors des précédentes consultations formelles, la Délégation du Saint-Siège a souligné qu’il était important que le Pacte mondial sur les réfugiés soit fermement centré sur la personne humaine, insistant sur le fait que la dignité de chaque personne humaine et ses droits humains fondamentaux doivent guider et soutenir tous les aspects du Programme d’action.

À cet égard, nous souhaitons redire l’importance de maintenir une approche holistique et intégrée dans tout le projet, en mettant l’accent sur la place centrale de la personne humaine. Une approche holistique reste, en effet, le meilleur moyen de détecter et de surmonter les stéréotypes préjudiciables, d’éviter de stigmatiser quiconque sur quelques aspects spécifiques et de prendre en compte toutes les dimensions et les aspects fondamentaux de la personne dans son ensemble. Ceci est d’une importance primordiale pour la protection des réfugiés mais aussi pour le respect des communautés locales.

Madame la Modératrice,

La délégation du Saint-Siège se félicite que le projet reconnaisse que la sécurité des frontières et le bien-être des réfugiés et des demandeurs d’asile ne doivent pas être considérés comme inconciliables, mais plutôt comme se renforçant mutuellement. En effet, il est important d’adopter des politiques de sécurité nationale inclusives et non discriminatoires, qui privilégient la sécurité et la protection des citoyens, ainsi que celles des réfugiés et demandeurs d’asile fuyant les conflits armés, la persécution ou la violence généralisée afin de trouver la sécurité, en assurant un filtrage et un processus d’admission rapides. (1)

Une approche exclusivement axée sur la sécurité ignore les tragédies qui forcent les gens à chercher une protection ailleurs. S’attaquer au problème de l’identification des personnes ayant besoin d’une protection internationale du point de vue des déracinés peut aider la communauté internationale à élaborer un programme d’action plus complet et plus humain. Le principe de « non-refoulement » doit être respecté dans tous les cas.

À cet égard, à titre de commentaire plus spécifique, la délégation du Saint-Siège souhaite, sous la rubrique 1.6 intitulée « Identification des besoins de protection internationale », proposer un ajout au paragraphe 54, dans lequel le HCR pourrait également « fournir des conseils pour garantir l’accès à la justice pour les réfugiés et les demandeurs d’asile et garantir leur liberté et leur sécurité lors du signalement d’abus, sans crainte de détention ou d’expulsion ».

Enfin, Madame la Présidente, cette délégation note également que la dernière version du projet consacre plus d’attention à la problématique des enfants  demandeurs d’asile non accompagnés, et souhaite rappeler que, lors de l’enregistrement initial et de l’identification des besoins spécifiques des enfants non accompagnés et séparés, ceux-ci doivent toujours suivre les meilleures déterminations d’intérêt pour l’enfant.

Merci, Madame la Modératrice.

(1) Cf. Répondre aux réfugiés et aux migrants: Vingt points d’action, Section des migrants et des réfugiés, Dicastère du Saint-Siège pour la promotion du développement humain intégral.

© Traduction de Zenit, Hélène Ginabat

About Hélène Ginabat

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel