Faire un don
Mgr Paul Richard Gallagher, capture streaming de l'ONU

Mgr Paul Richard Gallagher, capture streaming de l'ONU

ONU : le Saint-Siège plaide contre la peine de mort

Intervention de Mgr Gallagher

« L’abolition universelle de la peine de mort serait une réaffirmation courageuse de la conviction que l’humanité peut réussir à faire face au crime et de notre refus de succomber au désespoir avant les actes pervers, offrant ainsi au criminel une chance de se réformer. »

C’est ce qu’a déclaré Mgr Paul Richard Gallagher, secrétaire des relations avec les États et chef de la délégation du Saint-Siège à la 73e session de l’Assemblée générale des Nations Unies, en intervenant à la réunion intitulée «Peine de mort: la pauvreté et le droit à la représentation légale», organisée par le Haut-Commissariat aux droits de l’homme et les missions permanentes de l’Italie, du Brésil, du Burkina Faso, de la France et du Timor oriental, le 25 septembre 2018.

Mgr Gallagher a rappelé que « le respect de la dignité de toute personne humaine et du bien commun sont les deux piliers sur lesquels le Saint-Siège a développé sa position » concernant la peine de mort. Il a cité la nouvelle version du Catéchisme de l’Église catholique qui affirme que « l’Église catholique enseigne, à la lumière de l’Évangile, que la peine de mort est inadmissible parce qu’elle porte atteinte à l’inviolabilité et la dignité de la personne, et qu’elle travaille avec détermination pour son abolition dans le monde».

Mgr Gallagher a voulu également « féliciter » les organisateurs de cette réunion « pour le thème choisi : «Assurer l’égalité d’accès à la justice pour tous», en particulier pour les personnes touchées par la pauvreté, les inégalités sociales et économiques, ainsi que pour ceux qui risquent d’être exécutés ».

« Au cours du siècle dernier, a dit secrétaire des relations avec les États, le Saint-Siège a toujours cherché à abolir la peine de mort et, au cours des dernières décennies, cette position est devenue plus claire. » « Compte tenu des circonstances pratiques constatées dans la plupart des États, a-t-il expliqué en citant l’encyclique Evangelium Vitae, à la suite d’améliorations constantes de l’organisation du système pénal, il semble évident que des moyens autres que la peine de mort ‘suffisent à défendre des vies humaines contre un agresseur et à protéger l’ordre public et la sécurité des personnes’. »

Mgr Gallagher a aussi rappelé les paroles du pape François qui avait souligné que « la pratique législative et judiciaire de l’autorité de l’État doit toujours être guidée par ‘la primauté de la vie humaine et de la dignité de la personne humaine’».

 

 

About Marina Droujinina

Journalisme (Moscou & Bruxelles). Théologie (Bruxelles, IET).

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel