Faire un don
Conférence sur les Objectifs de développement durable, capture Vatican News

Conférence sur les Objectifs de développement durable, capture Vatican News

Objectifs de développement durable : les voix de personnalités religieuses au Vatican

Plaidoyer pour l’urgence de l’action

« Travailler urgemment » pour atteindre les Objectifs de développement durable des Nations unies, c’est l’encouragement du cardinal secrétaire d’Etat Pietro Parolin lors de la Conférence internationale organisée au Vatican sur ce thème, du 7 au 9 mars 2019. Durant la première journée dont Vatican News donne une synthèse, plusieurs personnalités religieuses sont intervenues.

L’événement, sous l’égide du Dicastère pour le service du développement humain intégral, s’intitule « Les religions et les objectifs de développement durable : écouter le cri de la Terre et des pauvres ».

En marge de la conférence, le « numéro 2 » du Vatican a noté « un peu de découragement » car « les pas accomplis ne sont pas encore à la hauteur des attentes » et « il y a le risque de perdre l’élan initial ».

Le cardinal Peter Turkson, préfet du Dicastère pour le service du développement humain intégral, a insisté lui aussi sur l’urgence de la situation : « Nous ne pouvons pas reporter l’engagement pour la réduction des émissions, pour préserver la richesse de l’eau… nous devons agir de façon que personne ne reste à la traîne. »

Mgr Miguel Ángel Ayuso Guixot, secrétaire du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux, a fait remarquer qu’ « aujourd’hui plus que jamais », les responsables religieux étaient appelés à diffuser « les valeurs de la paix, de la justice, de la bonté, de la beauté et de la fraternité humaine », pour dépasser « la crise du monde moderne », fruit d’une « conscience humaine désensibilisée » et d’une perte « des valeurs religieuses ».

Le rabbin David Rosen, directeur international du département pour les affaires interreligieuses de l’American Jewish Committee, a plaidé pour la réduction de l’élevage animal, « une des plus grandes causes de pollution », et de l’importance du sabbat comme jour de repos pour « rétablir l’équilibre éthique et spirituel ». Pour le cheikh libanais Mohamad Abou Zeid, de l’Islamic Sunni Court de Saida (Algérie), celui qui cultive une « bonne relation avec Dieu » ne peut pas créer de « déséquilibres dans la création ».

De son côté, le révérend Martin Junge, secrétaire général de la Fédération luthérienne mondiale, a mis en relation développement durable et droits humains. « Tout être humain est important pour le Seigneur… laisser de côté certains droits humains veut dire abandonner des milliers de personnes », a-t-il souligné.

About Anne Kurian

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel