Faire un don
Auschwitz, pape François, Pologne © L'Osservatore Romano

Auschwitz, pape François, Pologne © L'Osservatore Romano

« N’oublions pas les victimes de l’Holocauste », demande le pape François

« Leur indicible souffrance continue d’interpeller l’humanité »

« N’oublions pas les victimes de l’Holocauste, leur indicible souffrance continue d’interpeller l’humanité : nous sommes tous frères! #GiornatadellaMemoria« : tel est le tweet publié par le pape François sur son compte @Pontifex_fr, à l’occasion deJournée internationale à la mémoire des victimes de la Shoah, alors qu’il se trouve à Panama pour la JMJ2019.

Le pape a évoqué cet anniversaire également après l’angélus de ce dimanche 27 janvier 2019, à Panama, lors de sa visite à la Casa Hogar Buen Samaritano, en disant en espagnol: « Chers frères et soeurs, aujourd’hui, on célèbre la Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l’Holocauste. Nous avons besoin de maintenir vivant le souvenir passé, des tragédies passées, et d’apprendre des pages noires de l’histoire, pour ne plus jamais commettre à nouveau les mêmes erreurs. Continuons  à nous engager sans nous lasser pour cultiver la justice, augmenter concorde, soutenir l’intégration, être des instruments de paix et des bâtisseurs d’un monde meilleur. »

Angélus de Panama @ Vatican Media

Angélus de Panama @ Vatican Media

« Rappeler les victimes de la Shoah est important pour que cette tragédie humaine ne se répète plus », avait déjà souligné le pape François devant une délégation du Congrès juif européen en visite au Vatican le 27 janvier 2017.

Une question sur laquelle le pape est revenu ce jour-là aussi dans son tweet quotidien : « Aujourd’hui, je désire faire mémoire de toutes les victimes de l’Holocauste. Que leurs souffrances, leurs larmes ne soient jamais oubliées ».

Cette journée est, soulignait pour sa part à Vatican News, le p. Norbert Hofmann, secrétaire de la Commission pour les relations avec le judaïsme, « importante pour les juifs, mais aussi pour les chrétiens car rappeler les victimes de la Shoah est important pour que cette tragédie humaine ne se répète plus ».

Le représentant du Saint-Siège à Vienne, Mgr Janusz Urbanczyk, avait rappelé la veille, 26 janvier 2017, devant le conseil permanent de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), que « le sacrifice ultime de souffrance, la peur et les larmes des innombrables victimes de la haine aveugle qui ont souffert de la déportation, de l’emprisonnement et de la mort dans ces lieux pervertis et inhumains ne doivent jamais être oubliés ».

Il plaidait pour une « transfusion de la mémoire » en ajoutant: « Le Saint-Siège attache une grande importance et œuvre activement dans le champ de l’éducation, particulièrement dans les écoles, pour contrer à la fois l’antisémitisme en général et le déni de la Shoah en particulier ».

Dans son intervention du 27 janvier 2016, il a affirmé, lors de la 1086e réunion du Conseil permanent de l’OSCE, que « l’antisémitisme n’a pas sa place dans l’Église catholique ».

Il a souligné que « la position de l’Église catholique sur l’antisémitisme, réaffirmée à différentes occasions par les papes ».

En octobre 2015, il soulignait déjà que l’Eglise catholique était préoccupée par la montée de de l’antisémitisme dans le monde: « Les tendances antisémites croissantes en Europe et les actes de haine et de violence allant même jusqu’à tuer des vies innocentes sont préoccupants ».

En 2005, le cardinal Jean-Marie Aron Lustiger, envoyé spécial de Jean-Paul II au 60e anniversaire de la libération du camp, le 27 janvier 2006, soulignait que l’événement singulier et monstrueux de la « Shoah » concerne toute l’humanité: pas seulement les victimes et les bourreaux ou l’Europe, mais toute l’humanité.

Le Vatican a publié un document sur l’importance de la mémoire de la Shoah en 1998: « Nous nous souvenons. Une réflexion sur la Shoah ».

Les papes Jean-Paul II, Benoît XVI et François se sont rendus tous les trois à Auschwitz, au mémorial de la Shoah de Yad vaShem (Jérusalem) et à la grande synagogue de Rome.

La Journée internationale à la mémoire des victimes de la Shoah se tient chaque année le 27 janvier, date anniversaire de la libération du camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau, en 1945, parles troupes soviétiques: 7 000 détenus s’y trouvaient alors, abandonnés, alors que quelque 60 000 autres furent évacués du 17 au 21 janvier 1945. Des « marches de la mort » dans le froid glacial, vers l’intérieur du Reich.

En France, cette journée est aussi une Journée de prévention: la « Journée de la mémoire de ‘lHolocauste et de la prévention des crimes contre l’humanité, indique la Fondation pour la mémoire de la Shoah.

À cette occasion, des commémorations et des manifestations sont organisées partout dans le monde.

 

 

About Anita Bourdin

Journaliste accréditée au Vatican depuis 1995. A lancé Zenit en français en janvier 1999. Correspondante à Rome de Radio Espérance. Formation: journalisme (IJRS, Bruxelles), théologie biblique (PUG, Rome), lettres classiques (Paris IV, Sorbonne).

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel