Le pape aux jeunes: «Prenez des risques sur de nobles idéaux»

Visite à la «Villa Nazareth» de Rome (1/7)

Visite à la Villa Nazareth, 18 juin 2016, L'Osservatore Romano

Visite à la Villa Nazareth, 18 juin 2016, L'Osservatore Romano

« Prendre des risques sur de nobles idéaux, en se salissant les mains, comme le Samaritain de la parabole »: c’est ce que le pape conseille aux jeunes. « Rapproche-toi des problèmes, sors de toi-même et prends des risques. Sinon ta vie peu à peu se paralysera », recommande-t-il notamment.

Le pape François s’est rendu à la « Villa Nazareth » de Rome, samedi 18 juin, où il a prononcé un discours avant d’ouvrir un dialogue, en italien, avec les jeunes.

Fondé il y a 70 ans pour venir en aide aux enfants pauvres orphelins de guerre, ce centre est géré aujourd’hui par la Fondation Tardini présidée par le cardinal Silvestrini et permet à des enfants de familles modestes de poursuivre leurs études.

Voici notre traduction de la première question et de la première réponse du pape.

M.D.

Question de Valentina Piras

Pape François, avant d’avoir besoin de maîtres, nous, les jeunes nous avons besoin de témoins crédibles. Nous avons souvent le sentiment d’habiter une réalité complexe, sans éléments de référence constants, et où les expériences proposées manquent de substance. Parfois, nous sommes des jeunes et des adultes ‘garés’ dans la vie, à la merci de l’illusion du succès et du culte de l’ego, incapables de nous donner aux autres. Saint-Père, nous voudrions une parole qui nous aide à y voir plus clair dans ces ténèbres qui envahissent nos cœurs. Comment réveiller la grandeur et le courage de choix profonds, d’élans du cœur, pour affronter nos difficultés sur le plan éducatif et affectif?

Réponse du pape François

Merci. Vous avez dit le mot-clef c’est: « Nous les jeunes nous avons besoin de témoins crédibles ». C’est la logique de l’Évangile : rendre témoignage. Dans sa propre vie, dans sa manière de vivre, dans ses choix. Mais rendre témoignage de quoi? De plusieurs choses. Nous chrétiens, témoigner de Jésus Christ qui est vivant, qui nous a accompagnés: Il nous a accompagnés dans la douleur, et il est mort pour nous, mais il est vivant. Dit comme ça, cela paraît trop clérical. Mais je comprends ce que recherchent les jeunes : un témoignage qui les secoue chaque jour. Le témoignage de « la gifle » ! La gifle, ce beau témoignage quotidien qui te réveille pour te dire : « regarde, ne te fais pas d’illusions avec les idées, avec les promesses … » Voire des illusions plus proches de nous. L’illusion du succès – « Non, je vais par là et j’aurai du succès » – du culte de son ego.

Aujourd’hui, nous le savons tous, le miroir est à la mode! Se regarder. Cet ego, ce narcissisme, que nous offre la culture contemporaine. Sans témoignages, la vie nous convient comme ça. Nous gagnons bien notre vie, avons une belle profession, un bel emploi, une famille … mais tu as dit un mot très fort : « Nous sommes des hommes et des femmes garés dans la vie », c’est-à-dire des personnes qui ne marchent pas, n’avancent pas. Comme les conformistes: tout est routine, une routine qui nous laisse tranquilles – nous avons ce qu’il nous faut, il ne nous manque rien, grâce à Dieu … « Comment réveiller la grandeur et le courage de choix profonds, d’élans du cœur, pour affronter nos difficultés sur le plan éducatif et affectif ? » Prendre le risque! Un mot que j’ai prononcé tant de fois : le risque, prendre des risques ! Celui qui ne prend pas de risque n’avance pas. « Mais si je me trompe ? » Oh Seigneur! Tu ferais bien pire à ne pas bouger: l’erreur, la pire erreur, est de se renfermer. Risquer ! Prendre des risques sur de nobles idéaux, en se salissant les mains, comme le Samaritain de la parabole. Quand la vie s’écoule plus ou moins paisiblement, on est toujours tentés de ne pas bouger, comme paralysés. Ne pas risquer : être calmes, tranquilles … Tu as demandé « Comment réveiller la grandeur et le courage de choix profonds, d’élans du cœur pour affronter nos difficultés sur le plan éducatif et affectif ? » Rapproche-toi des problèmes, sors de toi-même et prends des risques. Sinon ta vie peu à peu se paralysera; heureuse, contente, en famille, mais là, sur une voie de garage – pour reprendre ton expression. Voir des vies garées est très triste; très triste de voir des personnes qui ressemblent plus à des momies de musée qu’à des êtres vivants. Risquer! Risquer ! Et si tu t’es trompée, béni soit le Seigneur. Risque. Avance! Voilà ce que j’ai envie de te dire.

(c) Traduction de Zenit, Océane Le Gall

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!