Faire un don
Communauté du séminaire pontifical régional des Pouilles © L'Osservatore Romano

Communauté du séminaire pontifical régional des Pouilles © L'Osservatore Romano

La formation des prêtres consiste à présenter Jésus, pas une doctrine

Réflexion du cardinal Stella

La formation des prêtres « ne consiste pas à donner une doctrine : c’est présenter la Personne de Jésus », a affirmé le cardinal Beniamino Stella, préfet de la Congrégation pour le clergé. Dans un entretien à Radio Vatican en italien le 1er juin 2017, il a invité à ne pas vivre le séminaire « en superficie » mais à ouvrir son cœur.

Après l’audience accordée aux participants à l’assemblée plénière de la Congrégation pour le clergé, le cardinal est revenu sur le discours du pape, dont une large partie était adressée aux jeunes prêtres : « Le pape voit, sent, écoute les attentes de cette jeunesse presbytérale qui a besoin d’une parole de soutien, d’encouragement, de compréhension, d’affection ». Les jeunes prêtres ont en effet « besoin d’un soutien particulier de la part du pape et surtout de leurs évêques, de leurs pasteurs ». Mais le pape argentin est aussi « exigeant », a fait observer le préfet.

Evoquant la « Ratio fundamentalis » – le document élaboré en décembre 2016 par le dicastère, pour la formation des futurs prêtres – le cardinal Stella a souligné que « la formation ne consiste pas à donner une doctrine : c’est présenter la Personne de Jésus ».

« Un jeune peut rester au séminaire six ans, huit ans et vivre toujours en superficie », a-t-il noté en souhaitant « que le cœur du jeune s’ouvre vraiment à cette formation… que le jeune sente qu’en ouvrant son cœur, il parvient à faire mûrir une amitié profonde avec Jésus, il réussit à grandir dans sa maturité humaine, dans sa spiritualité ».

Pour le cardinal Stella, le mot discernement « très cher au pape » est « la clé qui éclaire tout le processus de formation ». Si la formation « a touché en profondeur surtout les aspects humains, pas seulement les aspects intellectuels ou académiques, s’il y a eu une conversion du cœur, une conversion de sa vie à Jésus, je pense que le projet sacerdotal ne doit pas effrayer », a-t-il estimé.

Au fil de l’entretien, le préfet a expliqué que « la formation des prêtres commence lorsqu’ils sont enfants de chœur – pour ainsi dire – jusqu’au moment où le Père Eternel nous appelle sur l’autre rive de la vie ! Une formation, qui est initiale durant le temps du séminaire, puis est permanente durant le temps de la vie sacerdotale ».

Avec la Ratio fundamentalis, a-t-il poursuivi, « nous avons voulu dire aux évêques et aux formateurs : prenez au sérieux cet engagement, parce qu’aujourd’hui face à l’Eglise et face à la société, pour présenter le prêtre avec un engagement définitif, avec un engagement qui va en profondeur dans sa vie, il faut qu’il y ait une bonne sélection, une bonne formation, un discernement juste au moment de l’appel aux Ordres et un vrai accompagnement durant le temps du ministère sacerdotal ».

About Anne Kurian

Baccalauréat canonique de théologie. Pigiste pour divers journaux de la presse chrétienne. Journaliste à Zenit depuis octobre 2011.

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel