Jeunes: « ne passez pas toute la journée avec le portable »

Le pape exhorte à ne pas ignorer le monde autour de soi

Rencontre avec les jeunes du Bangladesh, Dacca © L'Osservatore Romano

Rencontre avec les jeunes du Bangladesh, Dacca © L'Osservatore Romano

« Parlez avec vos parents et vos grands-parents, ne passez pas toute la journée avec le portable, ignorant le monde autour de vous ! » C’est l’exhortation du pape François aux jeunes du Bangladesh, au troisième et dernier jour de sa visite dans le pays, ce 2 décembre 2017. Il les a mis en garde contre le repli sur soi, invitant à regarder le monde avec les yeux de Dieu et à « accepter ceux qui agissent et pensent différemment de nous ».

Le pape avait réservé son dernier rendez-vous aux jeunes : il les a rencontrés aux alentours de 15h20 heure locale (10h20 à Rome), sur le terrain de sport du Collège Notre Dame de la capitale Dacca. A son arrivée, il a salué les 7000 participants – de différentes religions – depuis la papamobile et il a béni la première pierre du nouvel édifice “Notre Dame University Bangladesh” ainsi qu’une plaque commémorative.

Après une danse de bienvenue des chants et des témoignages de jeunes, le pape a prononcé un discours encourageant à « aller de l’avant avec cet enthousiasme dans les bonnes circonstances et dans les mauvaises » mais en choisissant « le juste chemin » grâce à « la sagesse qui naît de la foi » : «  »Ce n’est pas la fausse sagesse de ce monde. C’est la sagesse qu’on entrevoit dans les yeux des parents et des grands-parents, qui ont mis leur confiance en Dieu. »

Ni vagabondage ni repli sur soi

Cette sagesse aide » à reconnaître et à rejeter les fausses promesses de bonheur », promesses qui conduisent « à un égoïsme qui remplit le cœur d’obscurité et d’amertume ». « C’est triste, a déploré le pape, quand nous commençons à nous renfermer dans notre petit monde et que nous nous replions sur nous-mêmes… Quand un peuple, une religion ou une société deviennent un “petit monde”, ils perdent le meilleur de ce qu’ils ont et ils se précipitent dans une mentalité présomptueuse, celle du “je suis bon, tu es mauvais”. »

« Parlez avec vos parents et vos grands-parents, ne passez pas toute la journée avec le portable, ignorant le monde autour de vous ! », a insisté le pape, qui a prévenu aussi la tentation du vagabondage : il faut, a-t-il dit, « voyager dans la vie, non vagabonder sans but… Notre vie n’est pas sans direction; elle a un but, que Dieu nous a donné. Il nous guide, en nous orientant avec sa grâce. »

Et le pape de comparer le soutien de Dieu à « un software », mis en chacun « qui nous aide à discerner son programme divin et à lui répondre avec liberté. Mais, comme tout software, il doit aussi être constamment mis à jour. Tenez votre programme à jour, en écoutant le Seigneur et en acceptant le défi de faire sa volonté ».

Je suis rempli de joie et d’espérance

La sagesse de Dieu, a affirmé le pape, « aide à savoir comment accueillir et accepter ceux qui agissent et pensent différemment de nous. La sagesse de Dieu nous ouvre aux autres. Elle nous aide à regarder au-delà de nos commodités personnelles et des fausses sécurités
qui nous font devenir aveugles devant les grands idéaux qui rendent la vie plus belle et digne d’être vécue ».

« Chers jeunes, chers amis, a-t-il conclu, en regardant vos visages, je suis rempli de joie et d’espérance : joie et espérance pour vous, pour votre pays, pour l’Église et pour vos communautés. Que Dieu bénisse le Bangladesh ! [Isshór Bangladeshké ashirbád korún!] »

Au terme de cette rencontre, le pape devait rejoindre l’aéroport de Dacca pour prendre congé du Bangladesh et rentrer à Rome.

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!