Faire un don
Card. Dionigi Tettamanzi, chiesadimilano.it

Card. Dionigi Tettamanzi, chiesadimilano.it

Hommage du pape François au défunt card. italien Tettamanzi

Un pasteur « aimable et aimé »

Le cardinal italien Dionigi Tettamanzi, archevêque de Milan de 2002 à 2011, est décédé samedi matin, 5 août 2017, à l’âge de 83 ans, annonce le Saint-Siège qui publie un message du pape François, en italien, adressé à la fois à l’archevêque devenu administrateur apostolique après sa démission, le cardinal Angelo scola, et à Mgr Mario Delpini, archevêque nommé qui prendra ses fonctions en septembre. Les obsèques du cardinal Tettamanzi auront lieu mardi prochain, 8 août, à 11h en la cathédrale de Milan.

Le pape François salue l’amabilité du regretté cardinal Tettamanzi: «En apprenant la nouvelle du décès du cher cardinal Dionigi Tettamanzi, je désire exprimer mes condoléances à ses proches et à cette communauté diocésaine, qui le fera figurer parmi ses enfants les plus illustres et parmi ses pasteurs les plus aimables et aimés », souligne le pape.

Il ajoute : « Je pense avec affection et je rappelle avec gratitude l’œuvre culturelle et pastorale intense assumée par ce frère qui, dans son existence féconde a témoigné avec joie de l’Évangile et qui a servi docilement l’Église, tout d’abord comme prêtre dans l’archidiocèse de Milan, puis comme évêque d’Ancône, comme secrétaire de la Conférence épiscopale italienne, archevêque de Gênes, puis archevêque de cette Église ambrosienne bien-aimée et enfin comme administrateur apostolique de Vigevano.»

Le pape souligne l’action du cardinal Tettamanzi en faveur des familles : « Il s’est toujours distingué en tant que pasteur efficace, totalement dévoué aux besoins et au bien des prêtres et de tous les fidèles, avec une attention particulière aux thèmes de la famille, du mariage et de la bioéthique, dont il était particulièrement expert. »

Radio Vatican souligne sa  « grande popularité en Italie, compte tenu de son engagement auprès des plus pauvres, des chômeurs, des immigrés », de sa « défense de la famille » et de son engagement sur « les questions de bioéthique » : il avait notamment donné une grande partie de son patrimoine personnel dans un fonds de soutien pour les familles en difficulté.

« J’élève ma prière vers le Seigneur afin que, par l’intercession de la bienheureuse Vierge Marie, Il accueille ce fidèle serviteur, qu’Il a beaucoup aimé, dans la joie et dans la paix éternelle, et de tout cœur j’adresse à ceux qui pleurent sa disparition la bénédiction apostolique, avec une pensée spéciale pour ceux qui l’ont aidé avec amour dans ces derniers temps de maladie », conclut le pape.

Né en Lombardie en mars 1934, il a été ordonné prêtre à seulement 23 ans en 1957 par l’archevêque de Milan, Mgr Giovanni Battista Montini, futur bienheureux pape Paul VI.

Il s’est spécialement illustré dans la formation théologique dans les séminaires et par des collaborations avec les journaux catholiques L’Osservatore Romano et Avvenire, avant d’être nommé évêque d’Ancône par saint Jean-Paul II en 1989, puis archevêque de Gênes en 1995, et créé cardinal en 1998.

Transféré, toujours par Jean-Paul II, à Milan, en 2002 il y succède au cardinal Martini, pendant neuf ans.

Il a participé aux conclaves de 2005 et 2013, qui ont conduit à l’élection de Benoît XVI puis du pape François.

Le cardinal Tettamanzi avait participé, en fauteuil roulant, à la rencontre du pape François avec le clergé lombard et les consacrés, en la cathédrale de Milan, le 25 mars dernier.

About Redaction

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel