Faire un don
Le Sacré-Coeur, mosaïque de la chapelle des jésuites, Paray le Monial, capture sanctuaires-paray.com

Le Sacré-Coeur, mosaïque de la chapelle des jésuites, Paray le Monial, capture sanctuaires-paray.com

Fête du Sacré-Coeur: prier le Coeur de Jésus pendant tout le mois de juin

Le message de Paray-le-Monial et les jésuites

Le pape François invite à prier le Coeur de Jésus pendant le mois de juin, dans le sillage de la fête du Coeur du Christ, vendredi, 8 juin 2018, Journée mondiale de prière pour la sanctification des prêtres, instituée par Jean-Paul II.

A l’occasion de l’audience générale de ce mercredi 6 juin 2018, place Saint-Pierre, le pape a en effet évoqué la fête du Coeur de Jésus, en disant, en italien: « Vendredi, ce sera la solennité du Coeur Sacré de Jésus. Je vous invite, pendant tout le mois de juin, à prier le Coeur de Jésus et à soutenir vos prêtres par votre proximité et votre affection de façon à ce qu’ils soient l’image de ce Coeur plein d’amour miséricordieux. »

Et en s’adressant aux jeunes, aux malades, et aux nouveaux mariés, le pape a ajouté: « Puisez au Coeur de Jésus la nourriture et la boisson spirituelle de votre vie afin que, nourris du Christ vous soyez des personnes nouvelles, profondément transformées par cet amour divin. »

Et pour le pape François, pape jésuite, « le cœur du Christ est le centre de la miséricorde » : il l’a rappelé aux prêtres à l’occasion de leur Jubilé de la miséricorde, le 2 juin 2016, à Sainte-Marie Majeure. Il leur a recommandé de lire l’encyclique de Pie XII « Haurietis Aquas » sur le Cœur du Christ. Il a souligné que « la miséricorde est une question de liberté », de cœur à cœur.

L’encyclique de Pie XII a été publiée le 15 mai 1956. On peut la trouver en ligne en français dans la traduction du spécialiste du Cœur de Jésus qu’était le P. Edouard Glotin SJ en cliquant ici.

Plus encore, le pape a insisté, lors de son voyage en Equateur, le 9 juillet 2015, sur les fruits de la Consécration au Coeur du Christ – qui est un renouvellement de la grâce du baptême -, en disant: « Cela tournait dans ma tête et je priais. J’ai demandé à Dieu plusieurs fois dans la prière : « Qu’est-ce que ce peuple a de différent ? » Et ce matin, en priant, cela s’est imposé à moi : la consécration au Sacré-Cœur. Je pense que je dois vous le dire comme un message de Jésus. Toute cette richesse que vous avez, la richesse spirituelle de la piété, de la profondeur, viennent d’avoir eu le courage, en dépit de moments très difficiles, de consacrer la nation au Cœur du Christ, ce coeur divin et humain qui nous aime tant. (…) Et ensuite, quelques années après, la consécration au Cœur de Marie. N’oubliez pas que cette consécration est un jalon dans l’histoire du peuple de l’Équateur. Et à propos de cette consécration, je sens que cette grâce que vous avez, cette piété, cette chose qui vous rend différents, vous vient de là. »

Les deux invocations du Coeur de Jésus les plus connues sont: « Jésus, doux et humble de Coeur, rends mon coeur semblable au tien », et « Coeur Sacré de Jésus, j’ai confiance en Toi ».

La dévotion au coeur du Christ est née et s’est développée dans l’Eglise, bien avant la fondation de la Compagnie de Jésus au XVIe siècle et même avant les révélations à sainte Marguerite-Marieau XVIIe siècle.

Mais c’est à Paray-le-Monial que la Compagnie de Jésus, en la personne de saint Claude La Colombière, SJ, père spirituel de sainte Marguerite-Marie, ainsi que la congrégation de celle-ci, la Visitation, ont reçu du Christ la mission de propager cette dévotion.

Les papes Jean-Paul II, en 1986 et Benoît XVI, en 2006, à l’occasion du 50e anniversaire de l’encyclique de Pie XII « Haurietis Aquas » sur le Coeur du Christ, ont rappelé cette mission des jésuites.

« Le regard vers le « côté transpercé par la lance » dans lequel resplendit la volonté illimitée de salut de la part de Dieu ne peut donc pas être considéré comme une forme passagère de culte ou de dévotion: l’adoration de l’amour de Dieu, qui a trouvé son expression historique et cultuelle dans le symbole du « coeur transpercé » demeure une adoration dont il faut absolument tenir compte pour un rapport vivant avec Dieu (cf. Enc. Haurietis aquas, 62) », écrivait notamment le pape Benoît XVI.

About Anita Bourdin

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel