Faire un don
Card. DiNardo, 13 sept. 2018 © Vatican Media

Card. DiNardo, 13 sept. 2018 © Vatican Media

Etats-Unis: “Travailler à guérir les blessures”, par le card. DiNardo

Déclaration après l’audience avec le pape François

Au sortir de l’audience accordée par le pape François à la présidence de la Conférence des évêques catholiques des Etats-Unis (USCCB), le cardinal DiNardo a indiqué, dans un communiqué publié par l’USCCB, la direction du travail pastoral à entreprendre: “travailler à guérir les blessures”.

Le pape a en effet reçu au Vatican, ce 13 septembre 2018, comme annoncé par le Vatican, le cardinal Daniel DiNardo, archevêque de Galveston-Houston, président de la Conférence des évêques catholiques des États-Unis d’Amérique, accompagné du cardinal Seán Patrick O’Malley, archevêque de Boston, président de la Commission pontificale pour la protection des mineurs, Mgr José Horacio Gómez, archevêque de Los Angeles, vice-président de la même conférence épiscopale et Mgr Brian Bransfield, secrétaire général.

« Après une audience privée avec le pape François ce matin au Vatican, le cardinal Daniel DiNardo, de Galveston-Houston, et président de la Conférence des évêques catholiques des Etats-Unis, a publié la déclaration suivante concernant la récente crise morale dans l’Église catholique américaine », indique l’USCCB.

« Nous sommes reconnaissants au Saint-Père de nous avoir reçus en audience. Nous avons partagé avec le pape François à propos de notre situation aux États-Unis – comment le Corps du Christ est déchiré par le mal des abus sexuels », déclare le cardinal DiNardo.

Il ajoute que le pape François « a écouté très profondément, avec le cœur » et que l’échange a été « long, fructueux et bon ».

Il souligne que les évêques entreprennent une étape de discernement importante : « Au moment de quitter l’audience, nous avons prié l’Angélus ensemble pour [demander] la miséricorde et la force de Dieu alors que nous travaillons à guérir les blessures. Nous sommes impatients de poursuivre activement notre discernement afin d’identifier les prochaines étapes les plus efficaces. »

Avant son départ pour Rome, le cardinal DiNardo avait souligné la nécessité de « chercher la vérité » dans l’affaire de l’ancien cardinal Theodore McCarrick, auquel le pape a retiré son titre et ses privilèges de cardinal en juillet dernier après la révélation d’un fait de pédophilie. Depuis des abus sur des séminaristes et des jeunes prêtres ont été dénoncés.

Dans deux communiqués, le 1er août dernier, et le 16 août, le cardinal DiNardo avait évoqué une « catastrophe morale » et « l’échec du leadership épiscopal qui a abandonné des dizaines d’enfants de Dieu à des abus de pouvoir ».

Il disait nécessaire un examen de conscience après les révélations de péchés graves contre la chasteté: « Comment les graves fautes morales d’un frère évêque ont-elles pu être tolérées si longtemps et n’ont pas empêché son avancement? »

Il invitait à une « conversions spirituelle » et demandait « humblement pardon pour ce que mes frères évêques et moi avons fait et n’avons pas fait » et encourageait les victimes à dénoncer leurs agresseurs.

Une assemblée des évêques doit se tenir à Baltimore en novembre prochain et un plan de renouveau sera examiné: le discernement dont par le cardinal DiNardo doit donc porter sur les mesures « efficaces » à prendre.

Un des objectifs de la visite était d’évoquer ce plan, en partie annoncé le 16 août, avec le pape François.

About Anita Bourdin

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel