Faire un don
Drapeau de l'Union européenne @ wikimedia Commons

Drapeau de l'Union européenne @ wikimedia Commons

Éducation civique à l’ère numérique : le Saint-Siège participe à une rencontre du Conseil de l’Europe

Il invite à une reconstruction du pacte éducatif

Le Saint-Siège a participé à la Rencontre des ministres de l’éducation des États parties à la Convention culturelle du Conseil de l’Europe, à Paris, le 26 novembre 2019, indique un communiqué du Saint-Siège. Le thème abordé était : « L’éducation civique à l’ère numérique ».

La révolution numérique pose de nouveaux défis à l’école du XXIe siècle, peut-on lire dans la note : d’un côté elle offre des instruments nouveaux et puissants, de l’autre elle exige avec une urgence croissante de distinguer des critères éthiques communs. Il s’agit de « former les adolescents et les jeunes » à exploiter « le potentiel » tout en connaissant « les risques de manipulation liés au traitement de masse des données, ainsi que les dangers qui découlent de l’intrusion dans la sphère privée et du cyberharcèlement ».

Le Saint-Siège, qui est partie à la Convention culturelle depuis 1962, était représenté à la Conférence par Mgr Paolo Rudelli, nonce apostolique, et par Mgr Yovko Pishtiyski, conseiller de nonciature. Mgr Rudelli s’est fait l’écho de l’appel du pape François en faveur d’une reconstruction du pacte éducatif, basée sur l’interaction de tous les acteurs de l’éducation, jeunes et parents en premier, sur l’ouverture à toutes les dimensions de la personne humaine, y compris la dimension spirituelle, et sur une implication active en faveur du bien commun, qui conduise les jeunes à prendre soin de leur communauté, de leur pays et de la maison commune qu’est la planète terre.

Les ministres réunis à Paris ont adopté une déclaration, dans laquelle ils se sont engagés à faire en sorte que l’école garantisse, dès l’enfance, l’acquisition des compétences numériques nécessaires pour vivre dans une société démocratique, en particulier celles qui favorisent la formation d’un esprit critique, la participation civique et la responsabilité écologique.

Tout en adhérant au texte adopté par la Conférence, la délégation du Saint-Siège a émis une déclaration interprétative, rappelant une fois encore qu’elle comprenait les termes de « genre ou « stéréotype de genre » comme se référant à la différence sexuelle fondée sur l’identité masculine et féminine.

Les ministres de l’éducation ont ensuite discuté de la proposition française de créer, au sein du Conseil de l’Europe, un observatoire sur l’enseignement de l’histoire.

About Hélène Ginabat

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel