Faire un don
Le pape salue la foule © L'Osservatore Romano

Le pape salue la foule © L'Osservatore Romano

Corée: les responsables religieux doivent rencontrer le pape

Pour lui demander « sa prière et son aide »

Les chefs des sept religions principales en Corée devraient avoir une audience spéciale avec le pape François ce samedi 2 septembre 2017, dans le cadre d’un « pèlerinage » à Rome, annonce l’agence italienne Sir. Leur première rencontre avait eu lieu en Corée le 18 août 2014 à l’occasion du voyage du pape dans le pays.

« Nous demanderons au pape François sa prière et son aide pour le peuple coréen et la réunification de la péninsule coréenne », déclare Mgr Igino Kim Hee-joong, archevêque de Gwangju et président de la conférence épiscopale coréenne, avant son départ pour Rome. « Le pape François connaît très bien et il suit la situation, parce que le Saint-Père s’intéresse à la paix dans la péninsule coréenne », ajoute-t-il.

Dans le cadre de la situation tendue provoquée par les essais nucléaires de la Corée du Nord, l’archevêque exhorte à « toujours chercher la paix, non pas avec les armes ou avec les sanctions, mais à travers le dialogue, la négociation et le respect réciproque à tout prix ».

« L’unique arme la plus sûre pour la paix, poursuit-il, n’est pas le missile, mais la réconciliation à travers le dialogue qui doit être conduit de la manière la plus sincère et avec une confiance honnête. »

Mgr Igino Kim Hee-joong est « certain qu’un dialogue avec Pyongyang pour la paix est possible ». « La Corée du Nord aussi est consciente qu’une guerre nucléaire aurait des conséquences désastreuses pour tous », estime-t-il.

L’archevêque explique les gestes menaçants de la Corée du Nord, qui continue le lancement de missiles, « par la volonté d’avoir un rapport direct avec les États-Unis dans une relation entre égaux et par la détermination de ne pas être isolée du contexte international ».

Il souligne que « la Corée du Nord a confiance dans l’Église catholique en Corée » : « Nous maintenons encore une relation de confiance », assure-t-il.

« Pour notre part, précise l’archevêque, il y a la volonté d’avoir avec eux un contact continuel et de dialoguer sur les choses d’intérêt commun. J’espère aussi que nous pourrons nous rencontrer bientôt. L’Église catholique en Corée cherchera à travailler à la dénucléarisation et à la construction de la paix dans la péninsule coréenne, et à pouvoir être un tournant qui permette aux générations futures de rêver un monde de justice, d’amour et de respect pour toute la création. »

Mgr Igino Kim Hee-joong est persuadé de la possibilité d’un accord entre les deux Corée : « Si les fameux pays super-puissants nous aident, il y aurait une possibilité pour un « pacte de paix » entre Corée du Sud et Corée du Nord, dit-il. Beaucoup de fidèles prient tous les jours le chapelet pour la paix entre le sud et le nord de la Corée et bientôt, différents diocèses lanceront une « campagne » pour promouvoir le « pacte de paix » avec tous les Coréens qui désirent et travaillent pour la paix. »

Avec une traduction de Constance Roques

About Marina Droujinina

Journalisme (Moscou & Bruxelles). Théologie (Bruxelles, IET).

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel