Faire un don
Bienheureuse Dulce Lopes Pontes @ postulazionecausesanti.it

Bienheureuse Dulce Lopes Pontes @ postulazionecausesanti.it

Un miracle attribué à l’intercession de la « Mère des pauvres » brésilienne

Un homme recouvre la vue

Le pape François a autorisé la Congrégation pour les causes des saints à promulguer le décret reconnaissant un miracle attribué à l’intercession de la bienheureuse brésilienne Dulce Lopes Pontes (siècle : Maria Rita) (1914 – 1992), de la Congrégation des Sœurs Missionnaires de l’Immaculée Conception de la Mère de Dieu. Cette reconnaissance ouvre la voie à sa canonisation.

Connue comme « Dulce des Pauvres » ou « Mère des Pauvres », elle a fait construire l’Hôpital Saint-Antoine, inauguré à Bahia (Brésil) en 1959 avec cent cinquante lits et pouvant accueillir chaque jour jusqu’à sept cents malades et donner plus de mille consultations. L’œuvre a été reconnue par l’État comme Obras Sociais Irmã Dulce, OSID (Œuvres Sociales Sœur Dulce).

Le second miracle attribué à la « Mère des Pauvres » est la guérison d’un homme de la cécité. Il était aveugle depuis 14 ans. « Il n’y avait pas d’explication, a déclaré Sandro Barral, expert médical, membre du comité de suivi des miracles. C’était un patient aveugle qui, du jour au lendemain, a commencé à voir, sans explication. »

Lors d’une conférence de presse qui s’est tenue mardi 14 mai 2019 au siège de l’OSID, Mgr Murilo Krieger, archevêque de Salvador et Primat du Brésil, a déclaré que le consistoire annonçant la reconnaissance de nouveaux saints devrait se produire en juillet. À ce moment-là la date de la canonisation de sœur Dulce, qui s’appellera sainte Dulce des Pauvres (Santa Dulce dos Pobres), devrait être annoncée. « Nous espérons que la cérémonie aura lieu plus tard cette année, au second semestre. Sœur Dulce est maintenant une sainte soteropolitaine, bahiaenne, brésilienne et mondiale. Une sœur universelle », a-t-il affirmé.

La vie de sainte Dulce des Pauvres

Née le 26 mai 1914 à Salvador (Bahia, Brésil) Maria Rita perd sa mère à six ans. Elle est éduquée par sa tante qui visite avec la petite fille les pauvres et lui dit qu’elle doit penser à ceux qui souffrent.

A quinze ans, Maria Rita demande à entrer au couvent de Desterro, chez les Franciscaines. Mais elle n’est pas acceptée à cause de son très jeune âge.

En 1932, elle termine ses études et entre chez les Sœurs Missionnaires de l’Immaculée Conception de la Mère de Dieu, avec le nom de Dulce, le nom de sa maman.

L’exemple qui la pousse dans sa vocation est celui de Thérèse de l’Enfant Jésus, qui n’est pas même bienheureuse à ce moment-là.

Sœur Dulce travaille d’abord comme infirmière à l’hôpital, dans le service de radiologie, ensuite elle donne des cours de géographie au Collège Sainte Bernadette, à Cidade Baixa. Elle s’occupe aussi des ouvriers du Nord en leur enseignant la lecture, l’écriture, le catéchisme.

Enfin, elle fonde une grande œuvre sociale – l’Union des Ouvriers de Saint François – et un centre pour les malades, qui sont abandonnés sur une île de Salvador de Bahia. Elle les loge d’abord dans un vieux marché à poissons et ensuite dans le poulailler du couvent. Là, elle peut accueillir quelques dizaines de malades.

Plus tard, elle fait construire l’Hôpital Saint-Antoine et fonde aussi le Centre d’Instruction Saint-Antoine, à Simões Filho, toujours dans l‘État de Bahia, où sont accueillies plus de trois cents petites filles et adolescentes de trois à dix-sept ans.

En 1979, elle rencontre Mère Teresa, qui vient de recevoir le Prix Nobel de la paix. Sœur Dulce sera à son tour proposée pour le Nobel en 1988, soutenue par la reine de Suède.

En 1980, le pape Jean-Paul II lui rend visite lors de son voyage apostolique au Brésil.

La santé de sœur Dulce s’affaiblit beaucoup les trente dernières années. Elle n’a plus que 30% de sa capacité respiratoire et pèse trente-huit kilogrammes.

Sœur Dulce est décédée le 13 mars 1992.

Le procès de la canonisation de sœur Dulce a débuté en janvier 2000. En avril 2009, le pape Benoît XVI a reconnu les vertus héroïques de la servante de Dieu, Dulce Lopes Pontes. Le 10 décembre 2010 déjà, le pape Benoît XVI avait autorisé la promulgation du décret du premier miracle. Sœur Dulce a ensuite été béatifiée le 22 mai 2011 lors d’une cérémonie au parc des expositions de Salvador, qui a rassemblé plus de 70 000 personnes.

Le miracle retenu pour la béatification a été l’arrêt immédiat de l’hémorragie incontrôlable dont souffrait une maman après avoir accouché, malgré trois interventions.

 

About Marina Droujinina

Journalisme (Moscou & Bruxelles). Théologie (Bruxelles, IET).

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel