Faire un don
Militaires, audience générale © Vatican Media

Militaires, audience générale © Vatican Media

Aumôniers militaires : témoignez « de la sollicitude de l’Église », par le card. Turkson

Et « l’amour miséricordieux de Dieu qui n’exclut personne »

Le cardinal Peter Turkson a exhorté les aumôniers militaires à témoigner « par leurs paroles et par leur vie de la sollicitude de l’Église et de l’amour miséricordieux de Dieu qui n’exclut personne ».

C’est ce qu’il a dit en inaugurant les travaux du cinquième cours pour la formation des aumôniers militaires catholiques au droit international humanitaire, promu par le Dicastère pour le service du développement humain intégral, en collaboration avec les Congrégations pour les évêques et pour l’évangélisation des peuples à Rome le 29 octobre 2019, indique L’Osservatore Romano.

Le cardinal Turkson a prononcé son discours en souvenir du vénérable François-Xavier Nguyên Van Thuân, qui a passé 13 ans en prison au Vietnam.

« Sensibiliser l’opinion publique au sort des détenus et à une meilleure protection de la dignité de la personne humaine, de sa liberté et de ses droits inaliénables, dans le contexte des conflits armés », tel est l’un des objectifs du cours, a souligné le cardinal.

Il a dit que le cours vise à « considérer un aspect particulier de la dure réalité des conflits armés, à savoir la privation de la liberté pour les personnes qui sont concernées par ce drame et qui se trouvent par conséquent en situation de vulnérabilité ». Il s’agit avant tout des détenus, qui peuvent être des « combattants tombés entre les mains des forces ennemies » ou des « civils qui font souvent l’objet d’enlèvements, de disparitions forcées ou d’exécutions extrajudiciaires ».

Le cardinal a ensuite parlé des lieux de détention, souvent inhumains et portant atteinte « à la dignité de la personne, en particulier des femmes, des enfants et des personnes âgées, qui sont parfois arrêtés sur la base de simples soupçons », contraints « à partager un espace insuffisant sans respect des conditions physiques, juridiques ou spirituelles ». D’où le rappel du cardinal à la nécessité de mettre en œuvre les Conventions – comme celles du 12 août 1949, il y a 70 ans – qui, « ayant abouti grâce à un grand effort et à prix fort, se proposent d’alléger les souffrances causées par l’atrocité de la guerre ».

Avec une traduction d’Hélène Ginabat

About Marina Droujinina

Journalisme (Moscou & Bruxelles). Théologie (Bruxelles, IET).

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel