Le Cardinal Stephen Kim Soo-hwan (1922-2009) en route vers la sainteté © aos.catholic.or.kr

Le Cardinal Stephen Kim Soo-hwan (1922-2009) en route vers la sainteté © aos.catholic.or.kr

Le cardinal Stephen Kim Soo-hwan en route vers la sainteté

Print Friendly, PDF & Email

Un témoignage de vie vertueuse et de défense des droits de l’homme  

Share this Entry
Print Friendly, PDF & Email

 

Le cardinal coréen Stephen Kim Soo-hwan, décédé en 2009 à l’âge de 87 ans, est devenu « serviteur de Dieu ». Il peut désormais entamer un chemin officiel vers la béatification et la canonisation.

Ce 5 juillet 2024, l’archidiocèse de Séoul a communiqué avoir reçu en juin le « Nihil obstat » du Dicastère pour la cause des saints, c’est-à-dire l’approbation du Vatican pour la cause du cardinal. Celui-ci « a reçu le respect et l’amour de nombreuses personnes pour son exemple de vertu personnelle, son dévouement à la croissance de l’Église coréenne et ses contributions à l’établissement de la démocratie et à la promotion des droits de l’homme ». 

Le cardinal Soo-hwan est une figure emblématique de l’Église en Corée. Il a dirigé le diocèse de Séoul pendant 30 ans, depuis son accession en 1968 jusqu’à sa retraite en 1998. En 1966, il est devenu le plus jeune évêque de Corée, puis a été nommé cardinal par le pape Paul VI en 1969, devenant ainsi le premier cardinal coréen.

À une époque où le pays était sous un régime autoritaire, il n’a pas hésité à s’opposer à l’injustice et à défendre les opprimés. Il aurait notamment réprimandé le président Chun Doo-hwan, qui a pris le pouvoir lors d’un coup d’État militaire en 1979, en comparant sa prise de pouvoir illégale à « une fusillade entre hors-la-loi dans un film occidental ».

Sa vie est un témoignage de vertu, de foi et de charité. Réputé pour sa générosité et son humilité malgré son rang élevé dans l’Église, il vivait modestement et était toujours accessible aux gens ordinaires, aux défavorisés et aux marginaux. « La réputation de vertu du cardinal Kim perdure encore aujourd’hui dans notre société, depuis sa mort en 2009 », mentionne le diocèse de Séoul.

 

Share this Entry

Anne van Merris

Anne van Merris est journaliste, formée à l’Institut de journalisme européen Robert Schuman à Bruxelles. Elle est mariée et mère de quatre enfants.

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel