Gabriel dell'Addolorata tableau de N. Diotallevi © Wikimedia commons / archives des passionistes de France / Philippe Plet

Gabriel dell'Addolorata tableau de N. Diotallevi © Wikimedia commons / archives des passionistes de France / Philippe Plet

S. Gabriel de N. D. des Douleurs, ou le « désir de vie » des jeunes

Print Friendly, PDF & Email

Lettre du pape pour les 100 ans de sa canonisation

Share this Entry
Print Friendly, PDF & Email

Saint Gabriel de Notre Dame des Douleurs exprime que « le désir de vie et de satisfaction » des jeunes « ne peut pas faire abstraction de la recherche de Dieu », écrit le pape François pour le jubilé des 100 ans de la canonisation du religieux passioniste (1920), saint patron des séminaristes et des novices.

Pour le pape argentin, le témoignage de ce jeune italien (Gabriele de l’Addolorata, 1838-1862) mort à 24 ans à Isola del Gran Sasso – où est érigé son sanctuaire, dans le massif des Abbruzzes, à une heure de Rome – fut « extraordinaire et singulier ».

Il souhaite que le jubilé ouvert ce 27 février 2021 « puisse raviver l’affection et la dévotion de tous ceux qui voient en ce saint très aimé un témoin exemplaire de l’Evangile et un intercesseur auprès de Dieu ».

« Gabriel, souligne le pape François dans sa lettre à Mgr Lorenzo Leuzzi, était un jeune de son temps, plein de vie et d’enthousiasme, animé d’un désir de plénitude qui le portait au-delà des réalités mondaines et éphémères, pour se réfugier dans le Christ. »

L’histoire de ce saint souligne que « le désir de vie et de satisfaction » des jeunes « ne peut pas faire abstraction de la recherche de Dieu, de la rencontre avec sa Parole dans laquelle ancrer son existence, du service des frères, spécialement les plus fragiles », ajoute-t-il.

Et le pape de souhaiter : « Que l’exemple de ce jeune religieux passioniste, fort dans la foi, ferme dans l’espérance et ardent dans la charité, guide le chemin des personnes consacrées et des fidèles laïcs dans une tension d’amour vers Dieu et vers le prochain. »

En ce temps de « crise sanitaire et de fragilité economique et sociale », le pape François invite les chrétiens à être « instruments de communion et de fraternité, en étendant aux autres la charité du Christ et en la diffusant par des attitudes concrètes de proximité, de tendresse et de dévouement ». Il encourage aussi à « redécouvrir le Seigneur » dans « le visage de chaque frère et soeur auxquels on offre la consolation et l’espérance ».

Le pape s’unit spirituellement aux Pères passionistes, aux communautés chrétiennes des Abruzzes et du Molise, ainsi qu’à tous ceux qui prendront part au jubilé, qui a débuté avec l’ouverture d’une Porte sainte au sanctuaire dédié à la figure de Gabriel de Notre Dame des Douleurs.

Gabriel – de son nom de naissance François Possenti – est né à Assise dans une famille aisée de treize enfants. A dix-sept ans, ébranlé par la mort de sa sœur, emportée par le choléra, et par un appel pressant ressenti en priant la Vierge, il décide de réformer sa vie et d’accomplir sa promesse de se mettre au service de Dieu.

Il entre chez les Passionnistes où, porté par son amour de l’Eucharistie, il s’exerce à renoncer à lui-même dans les petites choses et à vivre joyeux. Il meurt de tuberculose six ans plus tard, à la veille d’être ordonné prêtre, à Isola del Gran Sasso, dans les Abruzzes, le 27 février 1862.

Le martyrologe romain dit de lui qu’il était acolyte et qu’à l’âge de dix-huit ans, il renonça aux attraits du monde pour entrer dans la Congrégation de la Passion, « où, après cinq ans, atteint de tuberculose il vécut sa dernière année dans une union à Dieu très profonde et une charité fraternelle des plus délicates ».

Share this Entry

Anne Kurian-Montabone

Baccalauréat canonique de théologie. Pigiste pour divers journaux de la presse chrétienne et auteur de cinq romans (éd. Quasar et Salvator). Journaliste à Zenit depuis octobre 2011.

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel