Cardinal Parolin, capture CTV

Cardinal Parolin, capture CTV

Université catholique : « un cœur érudit, un esprit éclairé, des mains actives et une foi solide »

Lettre du cardinal Parolin (Traduction intégrale)

Share this Entry

Les universités catholiques doivent former « encore plus de personnalités qui avec un cœur érudit, un esprit éclairé, des mains actives et une foi solide, soient capables d’accompagner l’humanité vers un avenir durable et meilleur ». C’est ce qu’écrit le cardinal secrétaire d’Etat Pietro Parolin, à l’occasion de la 96e “Journée pour l’Université catholique”, célébrée ce 20 septembre 2020 sur le thème “Alliés pour le futur”.

Dans une lettre à Mgr Mario Delpini, archevêque de Milan et président de l’Institut d’études supérieures “Giuseppe Toniolo”, le numéro 2 du Vatican invite à « former des personnalités catholiques capables d’influer sur l’histoire du pays et de contribuer à la mission de l’Eglise ».

Il transmet la « proximité » du pape « et son sincère encouragement » pour le précieux travail de l’Université « en syntonie avec le grand engagement de toute l’Eglise universelle pour “Reconstruire l’alliance éducative globale” ».

Enfin, le cardinal Parolin rend hommage au personnel de santé de l’hôpital Gemelli, qui a soigné les malades de la covid-19 « avec une grande générosité et une grande compétence ».

Voici notre traduction de ce texte.

Lettre du cardinal secrétaire d’Etat

Du Vatican, 11 septembre 2020

Excellence,

La traditionnelle journée dédiée à l’Université catholique du Sacré-Cœur a lieu cette année dans un contexte très particulier, marqué par un pandémie qui affecte la vie de toute de l’humanité. L’impact de la contagion sur la vie sociale a rendue nécessaire la réorganisation, pour raisons de santé, du système de formation dans son ordre et à tous ses niveaux. Le monde universitaire aussi a été contraint de modifier profondément les modalités de gestion de ses propres activités académiques en passant de la traditionnelle fréquentation de ses sièges à des supports informatiques et numériques qui permettant de travailler à distance.

Face à un tel scénario, le thème choisi “Alliés pour le futur” assume de nouvelles significations et implique des responsabilités particulières. Le monde universitaire, en effet, outre que d’être touché par les effets de la pandémie comme les autres domaines de la vie sociale, se présente aussi comme un espace privilégié pour élaborer des réponses efficaces et lutter à divers niveaux contre les conséquences provoquées par la contagion, dans les moments les plus critiques pour le pays. L’université fondée par le père Agostino Gemelli et ses collaborateurs peut offrir en particulier une contribution originale et précieuse, grâce à ses compétences scientifiques et à ses hautes capacités professionnelles, corroborées par son engagement éthique au service du bien commun et de la vision chrétienne finalisée à promouvoir un développement humain intégral.

Pour confirmer cette perspective, nous pouvons nous souvenir avec gratitude du personnel académique et du personnel de santé de la polyclinique universitaire A. Gemelli, qui s’est chargée, avec une grande générosité et une grande compétence, d’accueillir et de soigner des milliers de personnes touchées par la Covid-19. Le renforcement de sa capacité à unir une recherche scientifique avancée, une organisation sanitaire efficace et une rigueur éthique, fait de cette excellence de l’université des catholiques italiens une expression paradigmatique de la mission éducative d’une Université catholique.

Mais tous les autres domaines de la formation universitaire n’en sont pas moins importants, dans une grande institution qui réunit une douzaine de facultés. Chaque domaine du savoir est appelé à donner sa contribution pour que cette situation, source de tant de situations critiques, puisse produire aussi des effets de renouveau vertueux de la société. De l’économie à la finance, du droit aux sciences sociales, il faut une nouvelle réflexion sur les critères de développement, qui ne peuvent plus être source de discrimination et d’inégalité dans l’accès aux biens et aux protections, y compris dans le domaine de la santé. Ainsi de la philosophie aux langues, des sciences de la formation à la psychologie, il est urgent de retrouver la centralité de l’être humain et de redéfinir ses responsabilités dans une société en bouleversement rapide, où des défis énormes liés à l’environnement, à l’éducation, aux migrations, exigent des analyses et des solutions innovatrices s’inspirant du bien intégral de la personne, de la justice, de la fraternité et de la coexistence pacifique entre les peuples. Même les domaines les plus techniques, comme la physique ou les mathématiques ou l’agronomie, deviennent toujours plus centrales pour construire une maison commune qui soit vraiment la maison de tous et où chacun puisse habiter dignement.

Ce sont les perspectives sur lesquelles il faut travailler, si nous voulons vraiment être des Alliés pour le futur et donner un tournant significatif au chemin de l’humanité. Dans les processus de formation, en particulier dans le contexte d’une université catholique, être “alliés” exige quelques attitudes spécifiques : savoir tisser des trames fécondes avec le tissu social et ecclésial ; valoriser les dons de tous et construire des synergies qui favorisent une véritable éducation intégrale; développer des projets à grande portée nationale et internationale qui puisse alimenter le dialogue, la solidarité et le partage. Beaucoup de ces aspects aujourd’hui s’identifient à la troisième mission des universités, qui doit devenir toujours plus un élément qualifiant et constitutif et pas seulement un appendice des deux traditions piliers que sont l’enseignement et la recherche.

Du reste, nous ne pouvons pas oublier, en pensant aux célébrations de votre centenaire, que depuis ses origines, l’histoire de l’Université catholique du Sacré Cœur est caractérisée par sa mission de former des personnalités catholiques capables d’influer sur l’histoire du pays et de contribuer à la mission de l’Eglise. Cet objectif, qui passionna tant le p. Gemelli et les protagonistes de la première heure, ne s’est pas amoindri. Au contraire, pour de nombreuses raisons, il faut aujourd’hui encore plus de personnalités qui avec un cœur érudit, un esprit éclairé, des mains actives et une foi solide, soient capables d’accompagner l’humanité vers un avenir durable et meilleur.

Le Saint-Père exprime de tout cœur sa proximité et son sincère encouragement à l’Université catholique du Sacré Cœur, spécialement en cette année académique où nous célébrons ses 100 ans, et il est reconnaissant pour son précieux travail, en syntonie avec le grand engagement de toute l’Eglise universelle pour “Reconstruire l’alliance éducative globale”. Je souhaite de tout cœur que la mission de l’Université des catholiques italiens se réalise toujours plus en pleine syntonie avec ce projet, parce que «plus que jamais, il faut unir les efforts dans une large alliance éducative pour former des personnes matures, capables de dépasser les cloisonnements et les oppositions et de reconstruire le tissu des relations pour une humanité plus fraternelle» (Message pour le lancement de l’alliance éducative, 12 septembre 2019).

En voulant contribuer au soutien des étudiants méritants, mais dotés de peu de moyens, Sa Sainteté souhaite que son aide ne vienne pas à manquer à votre Institut d’études supérieures distingué, en ce moment de grandes difficultés pour les jeunes étudiants. Tandis qu’il assure de sa proximité et de son soutien paternel, le pape François demande de se souvenir de lui dans la prière. Il donne de tout cœur une bénédiction spéciale à votre excellence, au recteur magnifique, à l’assistant ecclésiastique général, aux membres de l’Institut Toniolo, aux illustres professeurs, au personnel technico-administratif et à tous les étudiants.

Je saisis cette occasion pour vous adresser l’expression de ma plus haute considération.

Cardinal Pietro Parolin

Secrétaire d’Etat

Traduction de Zenit, Anne Kurian-Montabone

Share this Entry

Anne Kurian-Montabone

Baccalauréat canonique de théologie. Pigiste pour divers journaux de la presse chrétienne et auteur de cinq romans (éd. Quasar et Salvator). Journaliste à Zenit depuis octobre 2011.

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel