Le bienheureux Pier Giorgio Frassati

Le bienheureux Pier Giorgio Frassati

Anniversaire de la béatification de Pier Giorgio Frassati

Print Friendly, PDF & Email

« L’homme «intérieur» aimé du Père »

Share this Entry
Print Friendly, PDF & Email

C’est aujourd’hui l’anniversaire de la béatification de Pier Giorgio Frassati (1901-1925) étudiant italien, alpiniste, membre du tiers ordre dominicain, béatifié le 20 mai 1990, par saint Jean-Paul II qui voyait en lui l’homme des « huit béatitudes » et qui l’a donné en modèle aux jeunes du monde.
A l’occasion de cet anniversaire, le réseau de international prière « Net for God » propose le « trailer » d’un film réalisé par la Communauté du Chemin Neuf.
Né dans une famille de la haute-bourgeoisie italienne, fils du directeur du grand journal La Stampa, Pier Giorgio passe son temps à secourir ceux qui sont dans le besoin dans les quartiers pauvres de Turin. Dans une période marquée par la montée du fascisme en Italie, il s’engage également en politique et s’investit pour plus de justice sociale.
Il puise l’énergie nécessaire à ses engagements dans sa relation au Christ, sa vie intense de prière. Très entouré, il partage sa foi et ses passions, à ses amis proches. Sportif, amoureux de la montagne, il n’hésitera pas à emmener ses amis « vers les sommets ».
Pier Giorgio Frassati s’éteint à l’âge de 24 ans, des suites d’une maladie qu’il aurait contractée auprès d’une famille pauvre.
Le 20 mai 1990, il est proclamé bienheureux par le Pape Jean-Paul II qui donne à ce jeune le titre de « l’homme des Béatitudes ».
Il est donné comme modèle à tous les jeunes en vue des Journées Mondiales de la Jeunesse, qui auront lieu à Cracovie (Pologne) en juillet 2016.
Une « Année Frassati » est organisée à l’occasion du 90e anniversaire de la mort et du 25e anniversaire de la béatification de Pier Giorgio Frassati (1901-1925) : elle s’est ouverte le 4 juillet 2015 en Italie.
Ce jeune originaire de Turin a uni dans sa vie un grand élan spirituel, une charité secrète et la vitalité de la jeunesse.
Les célébrations se sont ouvertes par une messe au sanctuaire de la Consolata, du diocèse de Turin. Plusieurs initiatives pour commémorer la vie de Pier Giorgio Frassati, sont prévues partout en Italie, mais aussi en Pologne où il est très vénéré et en Argentine.
L’Action catholique italienne dont Pier Giorgio Frassati était membre, a consacré sa réunion annuelle d’octobre 2015 au bienheureux et au service aux pauvres qui lui étaient si chers.
Les initiatives organisées dans les Alpes italiennes sur les « sentiers de Frassati » uniront les représentants de l’Action catholique, du Club Alpin italien et de l’Association de la Jeune Montagne.
La  semaine nationale de « sentiers de Frassati » qui en est à sa troisième édition en 2015, s’est terminée le samedi 11 juillet par une messe présidée par l’évêque de Teggiano-Policastro  Mgr Antonio de Luca.
Lors de sa visite à Turin, le pape François s’est recueilli devant la tombe du bienheureux et a salué les membres de sa famille.
Wanda Gawronska, fille de la sœur de Pier Giorgio, Luciana, a témoigné dans La Stampa Biella que c’était « une expérience unique » et « un immense honneur » pour toute la famille de voir le pape « prier sur le tombeau » de leur proche.
Lors de la béatification de Pier Giorgio Frassati le 20 mai 1990, le saint pape Jean-Paul II a dit que « la foi et la charité, véritables forces motrices de son existen­ce » l’avaient «transformées  en apôtre du Christ joyeux et enthou­siaste, en disciple passionné de son message et de sa charité ».
En évoquant « l’originalité de sa vertu », le saint pape a souligné que « la foi et les événements quotidiens se fondaient harmonieusement » en lui, « si bien que l’adhésion à l’Évangile » se traduisait « en attention amoureuse envers les pauvres et les nécessiteux, en un crescendo continu jusqu’aux derniers jours de la maladie qui le conduira à la mort ».
Pier Giorgio Frassati  est « l’homme « intérieur » aimé du Père, car il a beaucoup aimé ! Il est aussi l’homme de notre siècle, l’homme moderne, l’homme qui a tant aimé ! », a conclu le pape Jean-Paul II, dans son homélie pour la béatification.
Avec Marina Droujinina

Share this Entry

Anita Bourdin

Journaliste française accréditée près le Saint-Siège depuis 1995. Rédactrice en chef de fr.zenit.org. Elle a lancé le service français Zenit en janvier 1999. Master en journalisme (Bruxelles). Maîtrise en lettres classiques (Paris). Habilitation au doctorat en théologie biblique (Rome). Correspondante à Rome de Radio Espérance.

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel