Le témoignage chrétien des gardes suisses

Print Friendly, PDF & Email

Trente nouvelles recrues prêtent serment

Share this Entry
Print Friendly, PDF & Email

« Par votre service particulier, vous êtes appelés à donner un témoignage chrétien, serein et joyeux, à tous ceux qui arrivent au Vatican pour visiter la basilique Saint Pierre et pour rencontrer le pape » : c’est l’encouragement du pape François aux gardes suisses, ce 5 mai 2014.

Le pape a en effet reçu la Garde suisse pontificale et leurs familles et amis présents à Rome pour la prestation de serment des nouvelles recrues qui a lieu chaque année le 6 mai, en commémoration du sac de Rome et du sacrifice de 147 gardes pour protéger la fuite du pape Clément VII, le 6 mai 1527, devant les lansquenet de Charles Quint.

Les gardes suisses sont actuellement 110, au service du pape François et du Vatican. Demain matin, 30 nouveaux gardes suisses prêteront serment au Vatican, en présence du représentant de la Secrétairerie d’État, Mgr Giovanni Angelo Becciu, dans la Cour Saint-Damase du palais apostolique.

La majorité des nouveaux gardes vient de la Suisse allemande. Six parmi eux prêteront serment en langue française. Pour clore la journée, les gardes suisses participeront à une messe célébrée par le cardinal Pietro Parolìn, Secrétaire d’État, à 17h30 à l’autel de la Chaire de Saint Pierre, dans la basilique vaticane.

« Vivez intensément vos journées ! Soyez solides dans votre foi et généreux dans l’amour envers les personnes que vous rencontrez », les a exhortés le pape : « Ce n’est pas l’uniforme mais celui qui l’endosse qui doit toucher les autres par la gentillesse, par l’esprit d’accueil, par l’attitude de charité envers tous ».

« Considérez cela aussi dans les rapports entre vous, en n’ignorant pas qui parmi vous se trouve en difficulté et a parfois besoin d’un sourire, d’un geste d’encouragement et d’amitié », a-t-il ajouté, en leur exprimant également sa reconnaissance : « chaque jour je peux expérimenter de près votre dévouement et votre engagement ».

Anne Kurian

Discours du pape François

Monsieur le Commandant,
chers Gardes,
chers familles et amis de la Garde suisse pontificale,

Je vous rencontre avec joie en ce jour important pour vous, un jour de fête ! Je vous salue tous avec affection et reconnaissance. Le 6 mai est une date qui restera gravée dans votre mémoire et qui vous permettra, au cours de votre vie, de revivre avec joie un moment significatif de votre passage dans le Corps de la Garde Suisse Pontificale. C’est un jour spécial, parce que nous commémorons le Sac de Rome et l’action héroïque de vos prédécesseurs qui, en 1527, ont offert leur vie pour la défense de l’Église et du Pape. Votre dévouement est la preuve que leur courage et leur fidélité ont porté du fruit, comme le dit l’Évangile : le grain jeté et mort dans la terre a grandi (Cf. Jn 12,24).

Le contexte social et ecclésial a beaucoup changé depuis : la société est différente de celle de l’époque. Mais le cœur de l’homme, sa capacité à être fidèle et courageux – acriter et fideliter, dit votre devise – est resté le même. Votre service est donc un témoignage authentique, parce qu’il exprime concrètement le désir de se donner à une tâche importante et exigeante. Vous êtes arrivés à ce choix avec l’aide de vos familles et des communautés qui vous ont éduqués. A elles aussi vont mes sincères remerciements.

Servir dans la Garde Suisse Pontificale signifie vivre une expérience où se rencontrent le temps et l’espace de manière particulière. Rome est riche d’innombrables monuments et lieux historiques et artistiques qui manifestent la grandeur de sa culture et de son histoire. Cependant, cette ville n’est pas seulement un grand musée, mais un carrefour de touristes et de pèlerins qui viennent de tous les coins du monde : des personnes de diverses langues, traditions, religions et cultures arrivent ici avec des motivations différentes. Dans ce mouvement de l’histoire et d’histoires personnelles, il y a aussi chacun de vous. Par votre service particulier, vous êtes appelés à donner un témoignage chrétien, serein et joyeux, à tous ceux qui arrivent au Vatican pour visiter la Basilique Saint Pierre et pour rencontrer le Pape. Vivez intensément vos journées ! Soyez solides dans votre foi et généreux dans l’amour envers les personnes que vous rencontrez.

L’uniforme que vous endossez a cent ans cette année. Ses couleurs et sa forme sont connues du monde entier : elles rappellent le dévouement, le sérieux, la sécurité. Elles évoquent un service singulier et un passé glorieux. Cependant, derrière tout uniforme se trouve une personne concrète : avec une famille et une terre d’origine, avec une personnalité et une sensibilité, avec des désirs et des projets de vie. Votre uniforme est un trait caractéristique suggestif de la Garde Suisse qui attire l’attention des gens. Mais rappelez-vous que ce n’est pas l’uniforme mais celui qui l’endosse qui doit toucher les autres par la gentillesse, par l’esprit d’accueil, par l’attitude de charité envers tous. Considérez cela aussi dans les rapports entre vous, en donnant aussi de l’importance à votre vie communautaire, au partage des moments joyeux et des moments plus difficiles, en n’ignorant pas qui parmi vous se trouve en difficulté et a parfois besoin d’un sourire, d’un geste d’encouragement et d’amitié, en évitant une distance négative qui sépare les camarades et qui, dans la vie de toutes les personnes du monde, peut générer le mépris, la marginalisation ou le racisme.

Chers Gardes Suisses, chaque jour je peux expérimenter de près votre dévouement et votre engagement. Je vous en suis très reconnaissant ! Soyez fidèles à ce que vous avez mûri dans le cœur ; ayez en vous la certitude que le Seigneur est toujours à vos côtés et soutient votre marche, spécialement quand le pas devient fatigué ou incertain. Il ne nous abandonne jamais ! Moi aussi je désire vous exprimer ma proximité. Vous confiant, ainsi que vos familles, à la protection maternelle de la Bienheureuse Vierge Marie et à l’intercession de vos saints Patrons Nicolas, Sébastien et Martin, je vous bénis de grand cœur.

Share this Entry

Francis NULL

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel