Contre la myopie anti-vie, écouter les rires d’un enfant

Print Friendly, PDF & Email

À l’occasion du dimanche pour le respect de la vie aux Etats-Unis

Share this Entry
Print Friendly, PDF & Email

ROME, Lundi 5 octobre 2009 (ZENIT.org) Le président de la commission Pro-vie de la conférence des évêques américains a invité à consacrer une journée à un enfant et à apprendre les leçons que Dieu nous offre à travers cet enfant. 

Le cardinal Justin Rigali, archevêque de Philadelphie a fait cette proposition en prévision de la journée pour le respect de la vie, célébrée ce dimanche 4 octobre, sous le thème : « Chaque enfant nous offre un sourire de Dieu ». 

Dans un communiqué publié à l’occasion de cette journée, le cardinal Rigali fait allusion au problème de la réforme sanitaire et autres grands dossiers liés au respect de la vie, actuellement débattus aux Etats-Unis. 
 
Il y souligne par exemple qu’« une partie des américains croit que la vie et la santé de quelques personnes seulement vaillent la peine d’être protégée », une attitude qu’il qualifie de « déplorable ». 

« Bien que 67% des américains soient contre des impôts pour financer l’avortement », relève-t-il,  « toutes les propositions relatives au soin des malades, prises en considération au Congrès, permettraient ou institueraient le financement de l’avortement ». 

« L’avortement, homicide direct et intentionnel d’un enfant à naître, n’est pas soigner une maladie », déclare-t-il. 

Le cardinal Rigali dénonce ensuite le point de vue des partisans du contrôle démographique et de certains écologistes qui proposent « l’abandon, voire la mort, de certaines personnes » comme « une solution à la hausse des coûts de santé ». 

L’antidote

« La mort n’est pas la solution aux problèmes de la vie, souligne-t-il. Seul quelqu’un de trop aveugle pour voir la réalité transcendante et la signification de la vie humaine saurait être favorable à l’assassinat d’êtres humains pour tempérer les problèmes économiques, sociaux et environnementaux ». 

« L’antidote à ce type de myopie est de reconsidérer la sainteté et la dignité de chaque être humain en tant qu’individu ». 

Le cardinal Rigali explique avoir invité à passer une journée avec un petit enfant pour découvrir la « source de joie et de rires » qu’il représente et la capacité de « voler courageusement avec l’imagination, explorer avec curiosité et lancer des appels raisonnés, même s’ils sont parfois égoïstes, à la justice ». 

« Les enfants jouissent de la création de Dieu et aiment leur famille de façon inconditionnelle ». 

« Dieu a donné à chaque être humain ces merveilleux comportements, et les enfants peuvent nous aider à les récupérer et à les mettre de nouveau en valeur », ajoute-t-il. 

Le cardinal Rigali dénonce de la même manière l’actuelle « hostilité culturelle envers les enfants » et fait remarquer qu’« éliminer les jeunes ne résout pas les problèmes », bien au contraire, cela les augmente. 

« Les enfants et ceux qui dépendent de nous pour une quelconque incapacité ou pour une question d’âge nous donnent l’opportunité de grandir en patience, bonté et amour ». 

Share this Entry

ZENIT Staff

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel