Lutte contre le terrorisme : Urgence de la coopération internationale

Print Friendly, PDF & Email

Intervention de Mgr Migliore

Share this Entry
Print Friendly, PDF & Email

ROME, Jeudi 12 mai 2006 (ZENIT.org) – Pour lutter contre le terrorisme, le Vatican encourage une plus grande coopération internationale et la promotion d’un développement durable et écologique, sans attendre.

L’observateur permanent du saint-Siège à l’ONU, à New York, Mgr Celestino Migliore est en effet intervenu sur ce thème le 11 mai lors de la « Consultation informelle » de l’Assemblée générale, sur les stratégies contre le terrorisme.

« Si l’on trouve des solutions rapides et justes, la Communauté internationale réussira à priver les terroristes du combustible de la haine et des reproches, vrais ou imaginaires, servant à légitimer leurs actes et à recruter les personnes les plus influençables », déclarait Mgr Migliore.

Mgr Migliore a rappelé que Benoît XVI a invité, en janvier dernier, toutes les personnes de bonne volonté à « réunir leurs efforts contre le terrorisme et pour une coexistence pacifique et juste des peuples ».

Le pape, rappelait encore Mgr Migliore, a diagnostiqué, parmi les causes du terrorisme, des causes sociales et politiques, mais aussi culturelles et idéologiques.

C’est pourquoi Mgr Migliore a salué au nom du Saint-Siège l’intégration par l’ONU des aspects « culturel et religieux » dans sa stratégie de lutte contre le terrorisme.

Plus encore, Mgr Migliore affirmait la disponibilité du saint-Siège à « soutenir toute initiative visant à encourager les croyants à être des artisans de paix ».

Mgr Migliore soulignait que ce qui est en jeu est la façon de « vivre correctement la vérité religieuse ».

Il encourageait l’ONU à appeler les croyants des différentes religions « à créer, appuyer et promouvoir la dignité de la personne », car c’est « la condition préalable à tout dialogue et à la compréhension ».

« La dignité humaine, insistait Mgr Migliore, se place effectivement avant toute autre considération ou principe, y compris du droit international, et cette règle d’or appartient à toutes les religions ».

Il s’agit, ajoutait Mgr Migliore, d’aider à « traduire cette vision positive en catégories sociales qui, à leur tour, inspireront les législations nationales comme internationale ».

Mgr Migliore soulignait aussi la nécessité de lutter contre l’exclusion, en particulier des migrants en disant : « L’exclusion politique ou socio-économique des populations migrantes favorise la frustration des jeunes qui dégénère parfois en rébellion », et il faut donc apporter « une réponse juste à leurs justes revendications ».

Share this Entry

ZENIT Staff

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel