"La mission du Christ Rédempteur, confiée à l’Eglise, est encore bien loin de son achèvement"

Print Friendly, PDF & Email

Par le cardinal Crescenzio Sepe

Share this Entry
Print Friendly, PDF & Email

CITE DU VATICAN, Jeudi 29 juillet 2004 (ZENIT.org) – «»La mission du Christ Rédempteur, confiée à l’Eglise, est encore bien loin de son achèvement» (Redemptoris Missio, 1). Cette affirmation du Pape Jean Paul II doit résonner sans cesse comme engagement, comme objectif, comme aiguillon, dans les oreilles et surtout dans le cœur de tous les baptisés, comme étant le principal problème pour l’Eglise du troisième millénaire», déclare le cardinal Sepe qui souligne dans cette perspective l’importance de l’année de l’Eucharistie.

Le cardinal Crescenzio Sepe, préfet de la congrégation pour l’Evangélisation des Peuples, commente en ces termes, dans les colonnes de Fides, l’intention missionnaire du pape Jean-Paul II pour le mois d’août : «Pour que croissent la communion et la coopération entre les Instituts qui oeuvrent activement dans les Missions» (Texte intégral du commentaire, ci-dessous, in «Documents»).

Le cardinal Sepe insiste : «Tous les membres de l’Eglise sont en effet appelés à être des protagonistes actifs de la Mission universelle, et à s’engager de toutes leurs forces, selon leurs possibilités individuelles, dans une collaboration spirituelle et matérielle constante : c’est un droit et un devoir qui naît des Sacrements du Baptême et de la Confirmation».

Mais le cardinal Sepe explique aussi : «La Mission tout en étant le devoir de chacun, n’est toutefois pas l’œuvre de chaque personne. Le Christ lui-même a choisi un groupe de personnes auquel il a confié la réalisation de son mandat».

«Si le Pape est le «premier missionnaire» de l’Evangile, avec lui, remarque le cardinal Sepe, marchent sur les voies du monde, les Evêques, les prêtres, les religieux, les religieuses, et, en nombre croissant, les laïcs. La Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples, qui a pour tâche de «diriger et de coordonner dans le monde entier l’œuvre de l’évangélisation des peuples et la coopération missionnaire» (Constitution Apostolique Pastor Bonus, art. 85), ne pourrait certes réaliser toute seule la mission qui lui est confiée, sans le soutien concret de toute l’Eglise».

Au service de la mission, le cardinal Sepe souligne le rôle spécifique des instituts de vie consacrée : «Si la dimension missionnaire fait partie de la nature même de l’Eglise, sans aucun doute, elle ne peut être facultative pour les religieux et les religieuses, car «au-delà même des charismes propres des Instituts consacrés à la Mission ‘ad gentes’ ou engagés dans des activités de nature apostolique proprement dite, on peut dire que leur sens missionnaire se situe au cœur même de toutes les formes de vie consacrée» (Vita Consacrata, 25)».

Le cardinal Sepe conclut en mettant en relief l’importance de l’année de l’eucharistie dans cette perspective : «A la veille de l’Année de l’Eucharistie – Sacrement qui se place comme source et à la fois comme sommet de toute l’évangélisation, parce que sa fin est la communion des hommes avec le Christ, et en Lui avec le Père et avec l’Esprit Saint» (Ecclesia de Eucharistia, 22), – prions donc avec ferveur devant le Christ présent dans le Saint-Sacrement, confiants en l’intercession de Marie élevée au ciel, afin que la communion et la collaboration entre tous les Instituts qui travaillent en Mission, soit le témoignage concret offert à tous nos frères qui n’ont pas encore pu connaître le Seigneur».

Share this Entry

ZENIT Staff

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel