Le rapport entre l´évêque, le pape et la curie romaine au centre des débats

Print Friendly, PDF & Email

Premiers rapports des carrefours

Share this Entry
Print Friendly, PDF & Email

CITE DU VATICAN, Mardi 16 octobre 2001 (ZENIT.org) – Le rapport entre l´évêque, le pape et la curie romaine demeure au centre des débats au synode.

Les membres du synode se sont en effet retrouvés ce matin, en assemblée générale pour écouter sept des douze porte-parole des groupes linguistiques de travail.

Rappelons que le président et le porte-parole de chaque groupe ont été élus au cours des deux premières semaines de travail. Les compte rendus des discussions reflètent ainsi démocratiquement les opinions des membres du synode, convergentes ou divergentes, majoritaires ou minoritaires. Tous les compte rendus ensemble représentent une nouvelle synthèse des travaux de l´assemblée. Les exposés de ce matin ont essayé de répondre aux dix points de la première synthèse du cardinal Bergoglio, qui a conclu les exposés en assemblée générale, à la fin de la semaine dernière.

Pour ce qui est des groupes francophones, Mgr Pierre Morissette évêque de Baie-Comeau, au Canada, porte-parole du troisième groupe, a fait remarquer que «L´exercice du ministère pétrinien pourrait compter davantage sur le synode des évêques». «D’autre part, ajoutait l´évêque canadien, de nombreuses interventions des pères du synode en assemblée se référaient aux relations entre les conférences épiscopales et la curie romaine. Des malaises ont été exprimés et, si des problèmes existent, il convient de les affronter. Nous pourrions aussi profiter de cette assemblée synodale pour approfondir ce sujet».

Les groupes de langue allemande ou anglaise ont exprimé des nuances sur le même thème.

Mgr Alois Kothgasser, évêque d´Innsbruck, en Autriche, porte-parole du groupe germanophone, affirmait : «Le rapport des conférences épiscopales et des synodes patriarcaux avec le pape pourraient être dessiné de façon plus effective et efficace avec une amélioration des structures actuelles du synode des évêques (il ne s´agit pas de nouvelles structures, mais d´amélioration de celles qui existent). Les évêques d´une province ecclésiastique devraient être impliqués plus intensément dans la nomination des nouveaux évêques, dans le sens de la collégialité».

A propos de la curie romaine, Mgr Orlando B. Quevedo, archevêque de Cotabato, président de la conférence des évêques des Philippines, et porte-parole du premier carrefour de langue anglaise disait: «Nous estimons qu´il doit exister entre la curie romaine et les conférences épiscopales une relation caractérisée par la co-responsabilité, la consultation, la confiance réciproque, et la charité».

Mgr Vernon James Weisgerber, archevêque de Winnipeg, au Canada, porte-parole du deuxième groupe anglophone, a dit: «le rôle de l´évêque dans son diocèse est renforcé lorsque les bureaux de la curie romaine manifestent, dans leurs communications, et dans leurs actions, qu´elles comprennent la variété des conditions locales. Autrement, elles risquent de devenir des obstacles à la communion».

Mgr Gilles Cazabon, évêque de Saint-Jérome, Canada, disait: «La collégialité affective a une grande valeur, mais il convient de faire autan attention à la collégialité effective, qui trouve des formes de réalisation dans les échanges entre les Eglises. Le synode des évêques doit de la même manière devenir un meilleur instrument de la collégialité effective cum Pietro et sub Pietro».

Toujours à propos du rapport entre l´évêque, le pape et la curie romaine, Mgr Giuseppe Costanzo, archevêque italien de Syracuse, représentant le premier des groupes italiens, a affirmé: « L´évêque met en valeur la communion entre ses confrères évêques et vit la communion pleine, visible et active avec le souverain pontife. Cette communion fondée sur la foi s´exprime par une disponibilité inconditionnée, par une obéissance prompte et dans le courage à défendre le pape, lien visible de l´unité, face à tous et toujours».

Pour sa part, Mgr Ramón Ovidio Perez Morales, archevêque de Los Teques, au Venezuela, et porte-parole du deuxième groupe hispanophone, affirmait: «Nous manifestons notre reconnaissance au pape et à ses collaborateurs pour leur sollicitude pour l´Eglise universelle».

Share this Entry

ZENIT Staff

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel