Handicap? Non, "une habileté différente, dit Jean-Paul II

Print Friendly, PDF & Email

Pour l´intégration et la solidarité sociale

Share this Entry
Print Friendly, PDF & Email

CITÉ DU VATICAN, Dimanche 3 déc. (ZENIT.org) – Les personnes dites « handicapées » sont au contraire « porteuses d´une habileté différente ». C´est dans cette « lumière plus authentique » que Jean-Paul II plaçait ce matin, lors de l´angélus les fidèles réunis en la basilique Saint-Paul-hors-les-Murs, pour le Jubilé de la communauté chrétienne avec les personnes handicapées. Le pape invitait à « l´intégration sociale » sans fausse piété ou mentalité d´assistés. Il réaffirmait « qu´une société solidaire est possible, si l´on apprend à reconnaître et à rencontrer dans l´autre avant tout et toujours la personne ».
« Au terme de cette célébration suggestive, chers frères et sœurs handicapés, disait Jean-Paul II en italien, il me plaît de vous regarder dans une lumière plus authentique comme « porteurs d´une habileté différente ».
« Parmi les célébrations jubilaires, continuait le pape en s´adressant aux fidèles rassemblés aussi en dehors de la basilique, sur la place Saint-Pierre ou qui suivaient la célébration à la télévision et par radio, celle-ci est certainement parmi les plus significatives et pour moi les plus chères. C´est avec une grande affection que je pense à vos familles, aux communautés ecclésiales dans lesquelles vous êtes insérés, et aux différentes organisations de volontariat qui cheminent à vos côtés ».
Le pape encourageait « l´intégration sociale ». « Je voudrais particulièrement encourager les multiples réalités associatives dans lesquelles mûrit et se diffuse une mentalité ouverte à l´intégration sociale. Elle fait croître un style de coexistence dans lequel les personnes se reconnaissent sur la base d´une égale dignité sans « piétisme » ni « assistentialisme ». De nombreux pas ont été fait dans cette direction. La journée d´aujourd´hui entend réaffirmer qu´une société solidaire est possible, si l´on apprend à reconnaître et à rencontrer dans l´autre avant tout et toujours la personne ».
En français, le pape disait:  » Je vous salue cordialement, chers amis handicapés francophones et vos accompagnateurs. Que ce pèlerinage vous aide à vous sentir davantage unis à toute l´Église, dans laquelle vous avez votre place et une mission spécifique! À tous, j´accorde une affectueuse Bénédiction apostolique! »
En anglais, le pape évoquait le passage de la Porte sainte. « Vous avez passé la Porte sainte, disait-il, en compagnie du Seigneur crucifié qui, comme le dit S. Luc, est une « bonne nouvelle pour les pauvres, liberté pour les captifs, et retour à la vue pour les aveugles » (Lc 4,18). Sur la croix de vos souffrances, apprenez à tirer la sérénité d´esprit à laquelle aspirent tant de personnes aujourd´hui. Puisse Marie, Mère du Rédempteur, vous garder toujours dans son amour ».
Le pape saluait ensuite en langue allemande tout particulièrement les accompagnateurs des personnes handicapées.
En espagnol, Jean-Paul II invitait les pèlerins à « surmonter les barrières sociales de la séparation et de l´indifférence et à diffuser une mentalité d´intégration et de promotion » et à « travailler à la proclamation de l´Amour de Dieu ».
En portugais le pape appelait ces pèlerins chers à son cœur « frères du Christ souffrant, à son image vivante et transparente » affirmant qu´avec le Christ, ils peuvent « sauver le monde ».
« Avec votre présence, disait ensuite le pape en polonais, vous exprimez la vérité que, sur le chemin de la foi, de l´espérance et de l´amour compte davantage la puissance de l´Esprit Saint que toute limite et faiblesse humaine. Que cette rencontre jubilaire soit pour vous un temps de grâce et vous fortifie dans vos efforts pour apporter au monde le témoignage de la dignité de l´homme, qui a sa source non dans la condition extérieure du corps mais dans la ressemblance primordiale avec le Créateur ».
Le pape se tournait enfin vers Marie, la « Vierge Sainte, Mère de l´espérance » pour lui demander de faire découvrir toujours « plus profondément » aux pèlerins « la valeur mystérieuse de (leur) existence et la mission que Dieu (leur) donne dans l´Eglise ».
Anita S. Bourdin

Share this Entry

ZENIT Staff

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel