Faire un don
Prière pour le Venezuela, Fatima, 13/05/2017 © Anita Bourdin

Prière pour le Venezuela, Fatima, 13/05/2017 © Anita Bourdin

Venezuela: préoccupation du pape sur la situation humanitaire

Conférence dans l’avion Cartagena-Rome (6)

Au terme de son voyage apostolique en Colombie, le pape François a exprimé sa préoccupation pour le « problème humanitaire » dont souffrent les habitants du pays voisin, le Venezuela : un problème « que nous devons aider à résoudre de toutes les manières possibles. Je crois que les Nations Unies doivent se faire entendre là aussi pour aider » a-t-il insisté.

Voici notre traduction des paroles du pape dans l’avion qui le ramenait de Cartagena à Rome, le 11 septembre 2017, lors de sa traditionnelle conférence de presse de retour de ses voyages, transcrites par le quotidien de la Conférence épiscopale italienne Avvenire.

Cela fait déjà des mois que vous demandez la fin de toutes les violences au Venezuela. Mais le président Maduro, d’un côté a des paroles très violentes contre les évêques et de l’autre il dit qu’il est avec le pape François. Ne serait-il pas possible d’avoir des paroles plus fortes et peut-être plus claires ?

Je crois que le Saint-Siège a parlé fort et clairement. Ce que dit le président Maduro, c’est à lui de l’expliquer. Je ne sais pas ce qu’il a dans l’esprit. Le Saint-Siège a envoyé un nonce de premier niveau. Puis il a parlé, il a parlé avec des personnes, il a parlé publiquement. Bien souvent, à l’angélus, j’ai parlé de la situation. En cherchant toujours une voie de sortie, en aidant, en offrant une aide pour sortir. Il me semble que c’est très difficile. Ce qui est le plus douloureux, c’est le problème humanitaire. Les gens fuient et souffrent. Un problème humanitaire que nous devons aider à résoudre de toutes les manières possibles. Je crois que les Nations Unies doivent se faire entendre là aussi pour aider.

Traduction de Zenit, Hélène Ginabat

About Hélène Ginabat

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel