Faire un don
Rencontre avec les jeunes du Service civil italien © L'Osservatore Romano

Rencontre avec les jeunes du Service civil italien © L'Osservatore Romano

Synode 2018: « les jeunes trouvent le Seigneur dans l’action »

Le pape insiste sur le discernement, « l’un des plus grands problèmes » actuels

Le discernement est « l’un des plus grands problèmes » de la formation sacerdotale, a affirmé le pape François en évoquant le prochain synode des évêques devant des supérieurs généraux. Dans un long dialogue publié dans L’Osservatore Romano daté du 10 février 2017, il a invité à privilégier le « travail social » dans la pastorale de la jeunesse, car « les jeunes trouvent le Seigneur dans l’action ».

Durant trois heures au Vatican, le 25 novembre 2016, le pape a rencontré 140 supérieurs de congrégations religieuses masculines dans le cadre de la 88a Assemblée générale de l’Union des supérieurs généraux (USG). L’échange, resté jusqu’ici privé, a été transcrit par La Civiltà cattolica et sera publié intégralement dans le 4000e numéro de la revue jésuite le 11 février.

Selon le père Antonio Spadaro, directeur de la revue, qui présente cette rencontre, le pape argentin a encouragé ses interlocuteurs à un dialogue franc, y compris en formulant des critiques : « Il est bon d’être critiqué, j’aime cela… La vie est faite aussi d’incompréhensions et de tensions. Et quand il y a des critiques qui font grandir, je les accepte ».

Introduire plus de discernement dans l’Eglise

Explicitant le thème du futur synode des évêques d’octobre 2018 – « Les jeunes, la foi et le discernement vocationnel » – le pape a confié que la question du discernement lui tenait « très à cœur ». « Actuellement c’est l’un des plus grand problèmes que nous ayons dans la formation sacerdotale (…). Nous sommes habitués aux formules, aux ‘blancs’ et aux ‘noirs’, mais pas aux ‘gris’ de la vie. Et ce qui compte c’est la vie, pas les formules ».

« Nous devons grandir dans le discernement, a insisté le pape. La logique du blanc et du noir peut conduire à l’abstraction casuistique. Au contraire le discernement c’est avancer dans le gris de la vie selon la volonté de Dieu ».

C’est « seulement avec le discernement, non pas avec des abstractions », que les jeunes « peuvent découvrir leur projet de vie et vivre une vie vraiment ouverte à Dieu et au monde ». « J’ai donc choisi ce thème, a ajouté l’évêque de Rome, pour introduire le discernement avec une plus grande force dans la vie de l’Eglise ».

Les jeunes trouvent le Seigneur dans l’action

Parfois, « la pastorale des vocations ne répond pas aux attentes des jeunes », a  encore noté le pape François qui s’est dit préoccupé par « la diminution de la vie religieuse en Occident ».

Pour le pape, le discernement « est toujours dynamique » : « ce qui est statique n’est pas bon. Surtout avec les jeunes ». Et de mettre en garde contre « les réunions » stériles. Au contraire, « il faut travailler avec les jeunes, en faisant des choses, … du travail social » car « les jeunes trouvent le Seigneur dans l’action ».

Après l’action il faut « faire une réflexion », a-t-il poursuivi. Mais la réflexion seule ne suffit pas « ce ne sont que des idées ». Espérant que « le prochain synode nous donnera des idées », il a recommandé « l’écoute des jeunes » et « le mouvement ».

About Anne Kurian

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel