Synode 2018 : les jeunes peuvent ouvrir à l’Eglise de nouveaux lieux

Réflexion de Mgr Fabene

Rencontre avec les jeunes au stade San Siro de Milan © L'Osservatore Romano

Rencontre avec les jeunes au stade San Siro de Milan © L'Osservatore Romano

« Les jeunes peuvent ouvrir à l’Eglise ces lieux où elle n’est pas encore arrivée », affirme Mgr Fabio Fabene, sous-secrétaire du Secrétariat général du synode des évêques, dans un entretien à l’agence catholique SIR publié le 19 septembre 2017.

A l’issue d’un séminaire international organisé à Rome, il fait le point sur la préparation de la XVe assemblée générale ordinaire d’octobre 2018 sur « Les jeunes, la foi et le discernement vocationnel ».

« Nous sommes dans la période d’écoute des jeunes », explique-t-il : si les questionnaires du document préparatoire doivent arriver à Rome d’ici fin octobre, déjà plus de 100 000 réponses et 250 000 contacts ont été répertoriés sur le questionnaire en ligne, dont la date butoir est fin novembre. D’une lecture sommaire, souligne-t-il, « émerge le fait que les jeunes apprécient que l’Eglise se soit mise à leur écoute ».

« Les jeunes, ajoute-t-il, veulent être protagonistes dans la communauté ecclésiale et je crois que ce désir pourra conduire l’Eglise vers des lieux et des espaces qui seraient difficiles à rejoindre autrement. Les jeunes peuvent ouvrir à l’Eglise ces lieux où elle n’est pas encore arrivée, ou ces lieux où elle doit être plus présente. »

Mgr Fabene cite l’un des thèmes qui leur tient à cœur : « la famille. Beaucoup veulent raconter leur histoire au pape même ».

Les jeunes ont suggéré « d’instituer une équipe de jeunes qui accompagne le travail du Secrétariat général du synode pour préparer des moments de confrontation et de dialogue durant les travaux synodaux entre évêques et jeunes, et d’impliquer de façon stable certains jeunes dans les organismes du Saint-Siège ».

Parmi les auditeurs présents au Synode, « il y aura aussi différents jeunes, mais nous sommes en train de penser à des espaces pour leur donner la parole », précise le sous-secrétaire.

Plus proche des pauvres

Les jeunes, poursuit Mgr Fabene, « demandent à l’Eglise la cohérence de leurs guides », ils veulent « écoute » et « responsabilité ».

Ils souhaitent « une Eglise toujours plus penchée sur les pauvres » : tout autant de requêtes qui « nous engagent encore plus à leur emboîter le pas et qui demandent à l’Eglise de s’améliorer et de marcher vers l’avenir », estime-t-il.

Le sous-secrétaire note cependant que « beaucoup de leurs demandes … sont déjà en action dans l’Eglise » : ainsi « l’Eglise exhorte à la cohérence, non seulement ses pasteurs mais aussi ses fidèles, elle appelle à l’écoute… les jeunes cherchent les pauvres et c’est ce que le pape François demande à tous quand il parle d’une Eglise des pauvres et pour les pauvres. »

« Mais surtout, les jeunes demandent une Eglise qui soit maison, famille et communauté. » Et de conclure : « Les jeunes sont l’espérance de l’Eglise et l’Eglise est leur espérance et leur avenir. »

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!