Faire un don
Sainte Marthe © Vatican Media

Sainte Marthe © Vatican Media

Sainte-Marthe : « un cœur sans boussole est un danger public »

Quand il a perdu la mémoire du Seigneur

« Un cœur sans boussole est un danger public », a affirmé le pape François lors de la messe matinale à la Maison Sainte-Marthe, ce 7 mars 2019, au lendemain de l’entrée en carême.

Dans son homélie rapportée par Vatican News, il a souligné : « Quand le cœur revient en arrière, quand il prend un chemin qui n’est pas juste… il perd son orientation, il perd sa boussole, avec laquelle il doit avancer. Et un cœur sans boussole est un danger public : c’est un danger pour la personne et pour les autres. »

Le cœur « prend ce chemin erroné quand il n’écoute pas, quand il se laisse entraîner, emporter par des dieux, quand il devient idolâtre », a-t-il expliqué : « Nous devenons sourds d’âme, nous n’écoutons pas le Seigneur. » Une attitude qui fait perdre « la mémoire des grandes choses que le Seigneur a faites dans notre vie, qu’il a faites dans son Eglise et dans son peuple » et le chrétien finit par ne compter que sur ses propres forces.

Le pape attribue cette perte de mémoire au confort spirituel : « Le bien-être, et de même le bien-être spirituel, renferment ce danger : le danger de tomber dans une certaine amnésie, un manque de mémoire : je suis bien ainsi et j’oublie ce qu’a fait le Seigneur dans ma vie, toutes les grâces qu’il m’a données ; et je crois qu’elles sont méritées… Et le cœur commence à reculer, parce qu’il n’écoute pas la voix de son cœur : la mémoire. »

L’idolâtrie, a-t-il encore précisé, « ce n’est pas seulement aller dans un temple païen et adorer une statue » : « L’idolâtrie est une attitude du cœur, quand tu préfères cela parce que c’est plus facile … parce que tu as oublié le Seigneur. »

D’où son invitation à commencer le carême avec « la grâce de la mémoire » : « la mémoire de tout ce que le Seigneur a fait dans ma vie : comment il m’a aimé ». Il faut « se souvenir pour avancer, a-t-il insisté : ne pas perdre l’histoire : l’histoire du salut, l’histoire de ma vie, l’histoire de Jésus avec moi ».

En conclusion, le pape a conseillé de se répéter « continuellement » les paroles de Paul à Timothée : « Souviens-toi de Jésus ressuscité d’entre les morts. » « Souviens-toi de Jésus, Jésus qui m’a accompagné jusqu’à présent et qui m’accompagnera jusqu’au moment où je comparaîtrai devant Lui, glorieux ».

About Anne Kurian

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel