Faire un don
Sainte-Marthe, messe du 12/04/2017 © Vatican Media

Sainte-Marthe, messe du 12/04/2017 © Vatican Media

Sainte-Marthe : on n’évangélise pas dans un fauteuil

Partir de la situation concrète, pas d’une théorie

« Il n’existe pas d’évangélisation “de fauteuil” », a asséné le pape François lors de la messe matinale de ce 19 avril 2018 à la Maison Sainte-Marthe, au Vatican. Dans son homélie rapportée par Vatican News en italien, il a recommandé de partir de la situation concrète, pas d’une théorie.

Commentant la première lecture (Ac 8, 26-40) où Philippe est poussé à se mettre en marche par l’ange du Seigneur, le pape a souligné que si les persécutions ont dispersé les disciples, cependant elles leur ont permis « d’aller au-delà ».

Et le pape d’expliquer : « Comme le fait le vent avec les graines des plantes, il les transporte et les sème, c’est ce qui est arrivé ici : ils sont allés plus loin, avec la semence de la Parole, et ils ont semé la Parole de Dieu… Ce passage des Actes des apôtres est d’une grande beauté… C’est un vrai traité d’évangélisation. Ainsi évangélise le Seigneur. Ainsi annonce le Seigneur. Le Seigneur veut que nous évangélisions ainsi. »

Dans la première lecture en effet, l’Esprit Saint appelle : « “Lève-toi et va’”. Lève-toi et va à cet endroit. Il n’existe pas d’évangélisation “de fauteuil”. “Lève-toi et va’”. En sortie, toujours. “Va”. En mouvement. Va là où tu dois dire la Parole. »

« L’évangélisation n’est pas un plan bien fait de prosélytisme, a-t-il poursuivi : “Allons là et faisons des prosélytes…” Non… C’est l’Esprit qui te dit comment tu dois parler pour apporter la Parole de Dieu, pour porter le nom de Jésus. » Pas de « Vademecum de l’évangélisation » qui tienne, mais il faut de la « proximité », il faut « regarder ce qui se passe », c’est-à-dire partir « de la situation », pas d’une « théorie ».

Le pape François a évoqué les missionnaires « martyrs de l’évangélisation », qui n’étaient « pas préparés physiquement, parce qu’ils n’avaient pas les anticorps pour résister aux maladies de ces terres ». « On ne peut pas évangéliser en théorie, a-t-il insisté. L’évangélisation est un peu un corps à corps, de personne à personne. On part de la situation, pas des théories.”

Cette « méthode simple », a-t-il conclu, « c’est la méthode de Jésus » : « Jésus évangélise ainsi. Toujours en chemin, toujours sur la route, toujours proche des personnes, et il partait toujours des situations concrètes… On ne peut évangéliser qu’avec ces trois attitudes, mais sous la force de l’Esprit-Saint. Sans l’Esprit aucune de ces trois attitudes ne sert. C’est l’Esprit qui nous pousse à nous lever, à nous approcher, et à partir des situations. »

About Anne Kurian

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel