Faire un don

Les corps de Padre Pio et de Léopold Mandic, deux saints prêtres capucins, seront exposés en la basilique Saint-Pierre à Rome, à partir du mercredi des cendres, le 10 février 2016 : deux modèles de confesseurs pour les confesseurs de l’Année sainte, spécialement pendant le carême.

Cet événement est organisé à la demande personnelle du pape François pendant l’Année sainte extraordinaire de la Miséricorde pour souligner l’importance du sacrement de la réconciliation et du ministère de confesseur.

Padre Pio ainsi que Lépold Mandic sont en effet connus comme deux confesseurs infatigables : ils restaient pendant des heures dans leurs confessionnaux où des files interminables de fidèles les attendaient.

Lors d’une audience, en 2009, le pape Benoît XVI a évoqué le 25e anniversaire de l'exhortation apostolique de Jean-Paul II sur « l'importance du sacrement de pénitence dans la vie de l'Eglise », « Reconciliatio et paenitentia » (2 décembre 1984) et il a cité Padre Pio et Léopold Mandic aux côté du saint curé d’Ars.

« En cet anniversaire significatif, a dit le pape Benoît XVI, je désire évoquer à nouveau quelques figures extraordinaires « d'apôtres du confessionnal », ces infatigables dispensateurs de la miséricorde divine : saint Jean-Marie Vianney, saint Joseph Cafasso, saint Léopold Mandic, saint Pio de Pietrelcina ».

« Que leur témoignage de foi et de charité vous incourage, vous, chers jeunes, à fuir le péché et à faire des projets d'avenir comme un service généreux de Dieu et du prochain », avait exhorté Benoît XVI.

Aux confesseurs, il disait: « Que l'exemple de ces saints, ministres assidus et fidèles du pardon divin, soit pour les prêtres - spécialement en cette année sacerdotale - , et pour tous les chrétiens, une invitation à faire toujours confiance à la bonté de Dieu, en vous approchant du sacrement de la réconciliation, et en le célébrant avec confiance. »

Le pape François a une dévotion particulière pour Padre Pio de Pietrelcina. Il possède  des photographies du saint et sa voix enregistrée sur une bande sonore, révèle l’agence italienne Agi en citant le livre « Padre Pio, le saint parmi nous » du photographe Elia Stelluto.

Padre Pio (1887-1968) a été béatifié le 2 mai 1999 par Jean-Paul II, qui l'a canonisé le 16 juin 2002.

Saint Léopold (Bogdan) Mandic (1866-1942) a été béatifié le 2 mai 1976 par le pape Paul VI et canonisé le 16 octobre 1983 par le pape Jean-Paul II.

Il était né en Dalmatie, et il était entré chez les Capucins italiens d'Udine. Ce prêtre qui bégayait fut un remarquable confesseur. En effet, il voua sa vie sacerdotale à la célébration du sacrement de pénitence dans « l'humilité d'une cellule de confessionnal », pendant dix ou quinze heures par jour. « Je serai missionnaire ici, disait-il, dans l'obéissance et l'exercice de mon ministère ». Passionné par le rétablissement de la pleine unité entre l'Eglise latine et les Eglises orientales, il affirmait : « Entre-temps, chaque âme qui recourt à mon ministère sera mon Orient ».

Pendant une audience avec des confesseurs en mars 2003, saint Jean-Paul II a dit que le bon confesseur était celui dont le cœur est toujours plus semblable au « Cœur du Christ ».

« Les ministres de la grâce sacramentelle, disait-il, s'unissent intimement au Christ Sauveur et Pasteur à travers la fructueuse réception des Sacrements, surtout par la confession sacramentelle fréquente, car celle-ci - qui doit être préparée par un examen de conscience quotidien - favorise au plus haut point la nécessaire conversion du cœur à l'amour du Père des Miséricordes ».

Padre Pio et Léopold Mandic, confesseurs et témoins de la miséricorde

Saint Padre Pio et saint Léopold Mandic, modèles de confesseurs, seront à Saint-Pierre, en 2016, dans le cadre du Jubilé de la miséricorde divine.

Les corps de Padre Pio et de Léopold Mandic, deux saints prêtres capucins, seront exposés en la basilique Saint-Pierre à Rome, à partir du mercredi des cendres, le 10 février 2016 : deux modèles de confesseurs pour les confesseurs de l’Année sainte, spécialement pendant le carême.

Cet événement est organisé à la demande personnelle du pape François pendant l’Année sainte extraordinaire de la Miséricorde pour souligner l’importance du sacrement de la réconciliation et du ministère de confesseur.

Padre Pio ainsi que Lépold Mandic sont en effet connus comme deux confesseurs infatigables : ils restaient pendant des heures dans leurs confessionnaux où des files interminables de fidèles les attendaient.

Lors d’une audience, en 2009, le pape Benoît XVI a évoqué le 25e anniversaire de l’exhortation apostolique de Jean-Paul II sur « l’importance du sacrement de pénitence dans la vie de l’Eglise », « Reconciliatio et paenitentia » (2 décembre 1984) et il a cité Padre Pio et Léopold Mandic aux côté du saint curé d’Ars.

« En cet anniversaire significatif, a dit le pape Benoît XVI, je désire évoquer à nouveau quelques figures extraordinaires « d’apôtres du confessionnal », ces infatigables dispensateurs de la miséricorde divine : saint Jean-Marie Vianney, saint Joseph Cafasso, saint Léopold Mandic, saint Pio de Pietrelcina ».

« Que leur témoignage de foi et de charité vous incourage, vous, chers jeunes, à fuir le péché et à faire des projets d’avenir comme un service généreux de Dieu et du prochain », avait exhorté Benoît XVI.

Aux confesseurs, il disait: « Que l’exemple de ces saints, ministres assidus et fidèles du pardon divin, soit pour les prêtres – spécialement en cette année sacerdotale – , et pour tous les chrétiens, une invitation à faire toujours confiance à la bonté de Dieu, en vous approchant du sacrement de la réconciliation, et en le célébrant avec confiance. »

Le pape François a une dévotion particulière pour Padre Pio de Pietrelcina. Il possède  des photographies du saint et sa voix enregistrée sur une bande sonore, révèle l’agence italienne Agi en citant le livre « Padre Pio, le saint parmi nous » du photographe Elia Stelluto.

Padre Pio (1887-1968) a été béatifié le 2 mai 1999 par Jean-Paul II, qui l’a canonisé le 16 juin 2002.

Saint Léopold (Bogdan) Mandic (1866-1942) a été béatifié le 2 mai 1976 par le pape Paul VI et canonisé le 16 octobre 1983 par le pape Jean-Paul II.

Il était né en Dalmatie, et il était entré chez les Capucins italiens d’Udine. Ce prêtre qui bégayait fut un remarquable confesseur. En effet, il voua sa vie sacerdotale à la célébration du sacrement de pénitence dans « l’humilité d’une cellule de confessionnal », pendant dix ou quinze heures par jour. « Je serai missionnaire ici, disait-il, dans l’obéissance et l’exercice de mon ministère ». Passionné par le rétablissement de la pleine unité entre l’Eglise latine et les Eglises orientales, il affirmait : « Entre-temps, chaque âme qui recourt à mon ministère sera mon Orient ».

Pendant une audience avec des confesseurs en mars 2003, saint Jean-Paul II a dit que le bon confesseur était celui dont le cœur est toujours plus semblable au « Cœur du Christ ».

« Les ministres de la grâce sacramentelle, disait-il, s’unissent intimement au Christ Sauveur et Pasteur à travers la fructueuse réception des Sacrements, surtout par la confession sacramentelle fréquente, car celle-ci – qui doit être préparée par un examen de conscience quotidien – favorise au plus haut point la nécessaire conversion du cœur à l’amour du Père des Miséricordes ».

About Marina Droujinina

Journalisme (Moscou & Bruxelles). Théologie (Bruxelles, IET).

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel