Faire un don
Mgr Bernardito Auza @ Holy See Mission

Mgr Bernardito Auza @ Holy See Mission

ONU : Mgr Auza souligne le rôle des femmes dans les processus de paix

Il rend hommage aux communautés religieuses féminines

La présence de femmes « à la table des négociations et à toutes les étapes des processus de paix est une nécessité et un avantage inestimable. Elles assurent l’inclusion, la crédibilité et la durabilité ». C’est ce qu’a déclaré Mgr Auza, pour qui « il est de la plus haute importance de garantir que leurs voix soient entendues ». Il a aussi souligné le rôle des femmes dans les communautés confessionnelles en temps de crise : « elles excellent dans le chemin du dialogue, de la collaboration et de la non-violence ».

Mgr Bernardito Auza, observateur permanent du Conseil de sécurité du Saint-Siège, a prononcé un discours au débat public sur les opérations de maintien de la paix des Nations Unies : Les femmes et le maintien de la paix, à New York, le 11 avril 2019.

Pour Mgr Auza, les femmes qui participent aux opérations de maintien de la paix de l’ONU apportent non seulement « leur courage, leur professionnalisme et leur sens du devoir » mais aussi « leur sensibilité particulière » qui les rend plus efficaces sur le terrain. Quant à celles qui vivent, ou ont vécu, dans des zones de conflit, estime-t-il, « elles jouent un rôle essentiel dans le rétablissement de la confiance, en offrant des perspectives et en facilitant la réconciliation ».

Voici notre traduction du discours prononcé par Mgr Auza.

HG

Discours de Mgr Bernardito Auza

Monsieur le Président,

Le Saint-Siège remercie la présidence allemande d’avoir organisé ce débat public sur le maintien de la paix par les Nations Unies et en particulier sur le rôle des femmes.

Il y a près de vingt ans, la résolution 1325, qui fait date, demandait que les femmes soient de plus en plus représentées aux niveaux décisionnels dans les processus de paix et dans la prévention, la gestion et le règlement des conflits, qu’elles soient protégées contre la violence dans les situations de conflit armé et qu’elles participent activement, parce qu’elles sont souvent les premières victimes des conflits violents, à la promotion de la paix durable. Comme l’a souligné le secrétaire général adjoint Jean-Pierre Lacroix, « le maintien de la paix est efficace lorsque les femmes jouent un rôle significatif et lorsque les femmes des communautés d’accueil sont directement impliquées ».

Monsieur le Président,

Notre discussion d’aujourd’hui devrait porter sur le rôle des femmes dans deux circonstances particulières. Les premières sont celles qui participent aux opérations de maintien de la paix de l’ONU dans le monde, dont le nombre est en augmentation, conformément à la priorité essentielle du secrétaire général. Ce sont des filles, des sœurs, des épouses et des mères qui non seulement apportent leur courage, leur professionnalisme et leur sens du devoir dans leur travail, mais aussi une sensibilité particulière qui leur permet de s’engager plus efficacement auprès des populations locales, de mieux évaluer les besoins réels sur le terrain en offrant aux femmes, aux garçons et aux filles la possibilité de partager leurs plaintes et leurs préoccupations, et de galvaniser les efforts locaux qui sont faits pour dire non à la violence et la misère et oui à la paix et au développement.

Cela nous amène au deuxième contexte, celui des femmes qui vivent dans des zones de conflit ou qui ont vécu le traumatisme de la guerre. Elles jouent un rôle essentiel dans le rétablissement de la confiance, en offrant des perspectives et en facilitant la réconciliation. Certaines d’entre elles ont des responsabilités politiques et ont joué un rôle clé dans la négociation d’accords de paix. Il est encourageant de voir qu’un plus grand nombre de femmes participent aux nouveaux processus démocratiques, renforcent l’État de droit, donnent la parole aux sans-voix et ainsi de suite, mais la grande majorité des femmes qui apportent une contribution le font par leur engagement au niveau local. Les femmes qui ont vu leurs familles et leurs communautés déchirées, leurs villages et leurs maisons sauvagement détruits, leur dignité violée et leurs proches enlevés, sont souvent, par leur force intérieure, leur courage et leur résilience, les témoins les plus inspirants capables de semer l’espoir, d’ouvrir de nouvelles perspectives et de rapprocher les gens. Leur présence à la table des négociations et à toutes les étapes des processus de paix est une nécessité et un avantage inestimable. Elles assurent l’inclusion, la crédibilité et la durabilité. Il est de la plus haute importance de garantir que leurs voix soient entendues.

Dans les situations de crise, le leadership féminin se retrouve souvent dans les communautés confessionnelles où les femmes, par leur ouverture à l’autre, leur formation et leur conviction religieuses et les valeurs qui leur sont chères, excellent dans le chemin du dialogue, de la collaboration et de la non-violence.

Elles participent activement à la consolidation de la paix et à la prévention de la reprise des conflits. Leur participation apporte normalement des bénéfices importants et durables. Il importe donc de ne pas négliger une contribution aussi valable de la société civile, mais de chercher des moyens de mieux exploiter ces efforts, en particulier dans les régions où la religion a été manipulée pour inciter à la division ou empêcher les processus de paix de prendre effectivement racine.

Monsieur le Président,

Ma délégation tient à saluer toutes les femmes chargées du maintien et de la consolidation de la paix dans le monde, en particulier celles qui s’emploient à promouvoir une plus grande participation des femmes à tous les niveaux des missions de maintien de la paix des Nations Unies, qui demeurent la présence la plus visible des Nations Unies dans le monde. Ma délégation leur exprime sa gratitude. Étant donné que l’avenir de la paix est le désir ardent non seulement de ceux qui sont assis à cette table, mais aussi des peuples qu’ils représentent et de la plupart des autres peuples du monde, la mise en œuvre du programme pour les femmes, la paix et la sécurité en vue d’un maintien et d’une consolidation de la paix plus efficaces doit être au centre de nos efforts.

Merci, Monsieur le Président.

© Traduction de Zenit, Hélène Ginabat

About Hélène Ginabat

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel