Les défis d’aujourd’hui doivent être affrontés sans compromis

Homélie de Benoît XVI lors de la messe à Savone

ROME, Lundi 19 mai 2008 (ZENIT.org) – Les défis d’aujourd’hui – matérialisme, relativisme, laïcisme – doivent être affrontés sans compromis mais en témoins du Dieu de miséricorde, dans l’accueil et le dialogue, a recommandé le pape Benoît XVI lors de la messe qu’il a célébrée à Savone, samedi 17 mai.

Benoît XVI s’est rendu en pèlerinage dans cette ville où la Vierge Marie est apparue en 1536, en un moment tragique pour la vie de la ville, et où le pape Pie VII a été retenu prisonnier par Napoléon pendant trois ans, trois siècles plus tard. L’épreuve que Benoît XVI a dû affronter pendant tout son déplacement a été la pluie persistante.

Avant la messe, en présence de plus de trente mille personnes, le pape a prié à genoux dans la crypte du sanctuaire de Notre Dame de la Miséricorde devant la statue de la Vierge, et il a offert une rose d’Or en hommage à la Vierge.

Commentant les lectures de la solennité de la Sainte Trinité, rappelant la révélation du Nom de Dieu à Moïse, qui est à la fois « miséricorde, grâce, fidélité ». Or, à Savone la Vierge s’est présentée comme « Vierge de miséricorde », en tant que mère de Jésus, « visage humain, de la divine miséricorde ».

Pour le pape, c’est « l’essence du christianisme » parce que c’est « l’essence même de Dieu ».

« Dieu est un, a dit encore le pape, en tant qu’il est tout et seulement Amour, mais c’est proprement en étant Amour qu’il est ouverture, accueil, dialogue; et dans sa relation avec nous, hommes pécheurs, il est miséricorde, compassion, grâce, pardon. Dieu a créé tout pour l’existence et sa volonté est toujours et seulement vie ».

Le pape a également remercié la ville pour la façon dont leurs ancêtres ont défendu le pape Pie VII, pendant sa détention, lui transmettant les lettres des évêques.

Cette histoire nous enseigne, a dit le pape, « le courage pour affronter les défis du monde: matérialisme, relativisme, laïcisme, mais sans jamais céder à des compromis, disposés à payer de notre personne, en restant au Seigneur et à son Eglise. L’exemple de fermeté sereine donnée par le pape Pie VII, nous invite à conserver inaltérée dans les épreuves la confiance en Dieu, conscients que Lui, même s’il permet des moments difficiles pour son Eglise, ne l’abandonne jamais ».

Cette page d’histoire invite aussi, a dit le pape, à placer notre confiance en Marie. Pie VII reçut d’ailleurs la nouvelle de la libération, le 17 mars, à la veille de la fête de l’apparition de la Vierge Marie.

« L’apparition de la Vierge, en un moment tragique pour l’histoire de Savone et l’expérience terrible qu’ a affronté ici le Successeur de Pierre, concourent à transmettre aux générations chrétiennes de notre temps un message d’espérance, nous encouragent à avoir confiance dans les instruments de la Grâce, que le Seigneur met à notre disposition en toute situation ».

Et ces instruments, a dit le pape, sont: la prière, les sacrements, les œuvres de charité.

Benoît XVI a en outre adressé une salutation aux malades et aux détenus de l’Institut pénitenciaire Saint-Augustin.

Il a également salué les jeunes familles en les exhortant à faire l’expérience de la prière familiale avec les enfants en bas-âge, qui s’adressent au Seigneur et à la Vierge Marie spontanément.

Benoît XVI a également encouragé les prêtres et les religieux. Aux jeunes, le pape a recommandé de ne pas hésiter à marcher à contre-courant.

Après la célébration, Benoît XVI s’est rendu à la cathédrale et au palais épiscopal où il a visité les appartements de Pie VII.

Anita S. Bourdin

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!