Le pape fête les 90 ans du card. Sodano : faire mémoire et témoigner

Messe en la chapelle Pauline (Traduction intégrale)

Messe dans la chapelle Pauline pour les 90 ans du card. Sodano © L'Osservatore Romano

Messe dans la chapelle Pauline pour les 90 ans du card. Sodano © L'Osservatore Romano

Les fêtes d’anniversaire sont une occasion de faire « mémoire du chemin parcouru », des grâces divines, et d’offrir « le don d’un témoignage de vie qui fait du bien à tous ». C’est ce qu’a affirmé le pape François en célébrant la messe pour les 90 ans du cardinal Angelo Sodano, doyen du Collège cardinalice, ce 7 décembre 2017, dans la chapelle Pauline du Vatican.

Il s’agit aussi, a-t-il expliqué, de faire mémoire « de notre petitesse, de nos erreurs… de nos péchés… car la gloire ne va qu’à Dieu, nous sommes faibles, tous ». « Chaque vie est différente, a souligné le pape. Chacun de nous a son expérience et le Seigneur le conduit sur une route différente, mais c’est toujours le Seigneur qui nous tient par la main, c’est Lui. »

Voici notre traduction des paroles que le pape a prononcées au terme de la célébration :

Paroles du pape François

Tous les jours, nous rendons grâce au Seigneur pour ce qu’il fait dans notre vie : mais quand il y a des fêtes importantes – 25e anniversaire, 50e anniversaire, et les dizaines – l’action de grâce est plus forte. Et en ces fêtes, la mémoire du chemin parcouru se fait plus forte, et cette mémoire nous conduit à offrir un don. Mémoire qui est une dimension de la vie. C’est un malheur de perdre la mémoire de tout ce que Dieu a fait pour nous : “Souviens-toi, Israël, souviens-toi…”, cette dimension deutéronomique de la vie.

Le cardinal Sodano a fait mémoire des ces années, et chaque fois que l’on fait mémoire, nous nous trouvons devant une nouvelle grâce. Mémoire aussi de notre petitesse, de nos erreurs, et aussi de nos péchés. Saint Paul se vantait de ses péchés, car la gloire ne va qu’à Dieu, nous sommes faibles, tous. Et cette mémoire nous donne la force pour aller vers une autre décennie. C’est une grâce de la mémoire. Et ce que le cardinal a fait pour se préparer à cette fête nous est offert comme un don : le don d’un témoignage de vie qui fait du bien à tous.

Chaque vie est différente. Chacun de nous a son expérience et le Seigneur le conduit sur une route différente, mais c’est toujours le Seigneur qui nous tient par la main, c’est Lui. C’est un don que nous avons reçu, et nous offrons le don du témoignage d’une vie. Le Seigneur sait quel est le vrai témoignage, celui qui est caché et qui a fait du bien sans apparaître. Nous voyons dans le cardinal le témoignage d’un homme qui a tant fait pour l’Eglise, dans des situations différentes, dans la joie et dans les larmes. Mais le témoignage qu’il nous donne et qui me semble aujourd’hui le plus fort est celui d’un homme ecclésialement discipliné, et c’est une grâce pour laquelle je vous remercie, Monsieur le cardinal. Et je demande que ce témoignage de la dimension ecclésiale, dans la discipline ecclésiale, nous aide à aller de l’avant dans notre vie. Merci beaucoup, Monsieur le cardinal.

Traduction de Zenit, Anne Kurian

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!