Faire un don
Gabriella Gambino, capture Vatican News

Gabriella Gambino, capture Vatican News

Laïcs, famille et vie : un mariage fidèle et indissoluble, chance pour le bien commun

Un défi à expliquer à nos enfants, par Gabriella Gambino

« Un mariage fidèle et indissoluble est vraiment notre seule chance de construire une société fondée sur la vérité et le bien commun », a affirmé la sous-secrétaire du dicastère – « numéro 3 » – du Dicastère pour les Laïcs, la famille et la vie, Gabriella Gambino, intervenant à une Conférence organisée le 6 novembre 2018 au Parlement européen à Bruxelles.

Au cours de cet événement organisé par la Fédération des associations familiales catholiques en Europe, Gabriella Gambino a souligné que la famille était le fondement du bien commun, parce qu’elle est le « facteur culturel » par excellence, en tant que lieu où l’on cultive l’homme. « L’un des plus grands défis auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui, a-t-elle assuré, est précisément celui d’expliquer à nos enfants que la famille fondée sur un mariage fidèle et indissoluble est vraiment notre seule chance de construire une société fondée sur la vérité et le bien commun. »

La sous-secrétaire a constaté « un changement dans la compréhension de la réalité familiale et des identités qui lui appartiennent », citant l’exemple des jeunes qui ont du mal à comprendre « que la stabilité et l’ordre garantissent la certitude, la sécurité, l’espérance ».

Gabriella Gambino a également fait observer que le droit devenait aujourd’hui de plus en plus un instrument de justification morale, « afin que l’individu puisse se réaliser selon sa propre volonté exclusive de désir ». Au contraire, a-t-elle estimé, le droit devrait avoir pour tâche de « neutraliser autant que possible le facteur subjectif, variable et imprévisible, afin d’éloigner les événements humains de l’incertitude et de l’insécurité ».

Pour la sous-secrétaire du dicastère, « il s’agit de repenser sérieusement la différence entre le bien objectif et le bien subjectif ». Et de déplorer : « Les choix législatifs les plus récents faits en Europe en matière de mariage et de famille font croire à nos enfants qu’ils peuvent prétendre que le bien pour moi, quel qu’il soit, peut être reconnu comme un bien en soi, comme un droit et une revendication. »

« Pourtant, a poursuivi Gabriella Gambino, ce que chacun d’entre nous espère pour ses enfants, c’est qu’ils puissent ‘réaliser leur vie’ en trouvant une réponse à leur besoin de stabilité et de sécurité dans des relations de confiance et d’amour … En ce sens, il est essentiel de travailler au niveau politique, afin que la famille puisse continuer à être un lieu de certitude et de stabilité. »

Enfin, Gabriella Gambino a souligné deux valeurs : la confiance et la fidélité sur lesquelles repose le sacrement du mariage et que les jeunes doivent voir vivre entre leurs parents. « Aujourd’hui, l’amour a de plus en plus de difficulté à avoir de l’histoire, a-t-elle relevé, et pourtant aimer signifie donner du temps : du temps comme durée de toute la vie, afin de donner à la personne la possibilité de réaliser son projet de bonheur ». « Nous devons le dire à nos enfants », a conclu la sous-secrétaire, et les législateurs ont « le devoir de créer les conditions pour rendre cela possible ».

Avec une traduction d’Océane Le Gall

About Anne Kurian

Baccalauréat canonique de théologie. Pigiste pour divers journaux de la presse chrétienne. Journaliste à Zenit depuis octobre 2011.

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel