Faire un don
Gabriella Gambino, capture Vatican News

Gabriella Gambino, capture Vatican News

Laïcs, famille et vie : un mariage fidèle et indissoluble, chance pour le bien commun

Un défi à expliquer à nos enfants, par Gabriella Gambino

« Un mariage fidèle et indissoluble est vraiment notre seule chance de construire une société fondée sur la vérité et le bien commun », a affirmé la sous-secrétaire du dicastère – « numéro 3 » – du Dicastère pour les Laïcs, la famille et la vie, Gabriella Gambino, intervenant à une Conférence organisée le 6 novembre 2018 au Parlement européen à Bruxelles.

Au cours de cet événement organisé par la Fédération des associations familiales catholiques en Europe, Gabriella Gambino a souligné que la famille était le fondement du bien commun, parce qu’elle est le « facteur culturel » par excellence, en tant que lieu où l’on cultive l’homme. « L’un des plus grands défis auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui, a-t-elle assuré, est précisément celui d’expliquer à nos enfants que la famille fondée sur un mariage fidèle et indissoluble est vraiment notre seule chance de construire une société fondée sur la vérité et le bien commun. »

La sous-secrétaire a constaté « un changement dans la compréhension de la réalité familiale et des identités qui lui appartiennent », citant l’exemple des jeunes qui ont du mal à comprendre « que la stabilité et l’ordre garantissent la certitude, la sécurité, l’espérance ».

Gabriella Gambino a également fait observer que le droit devenait aujourd’hui de plus en plus un instrument de justification morale, « afin que l’individu puisse se réaliser selon sa propre volonté exclusive de désir ». Au contraire, a-t-elle estimé, le droit devrait avoir pour tâche de « neutraliser autant que possible le facteur subjectif, variable et imprévisible, afin d’éloigner les événements humains de l’incertitude et de l’insécurité ».

Pour la sous-secrétaire du dicastère, « il s’agit de repenser sérieusement la différence entre le bien objectif et le bien subjectif ». Et de déplorer : « Les choix législatifs les plus récents faits en Europe en matière de mariage et de famille font croire à nos enfants qu’ils peuvent prétendre que le bien pour moi, quel qu’il soit, peut être reconnu comme un bien en soi, comme un droit et une revendication. »

« Pourtant, a poursuivi Gabriella Gambino, ce que chacun d’entre nous espère pour ses enfants, c’est qu’ils puissent ‘réaliser leur vie’ en trouvant une réponse à leur besoin de stabilité et de sécurité dans des relations de confiance et d’amour … En ce sens, il est essentiel de travailler au niveau politique, afin que la famille puisse continuer à être un lieu de certitude et de stabilité. »

Enfin, Gabriella Gambino a souligné deux valeurs : la confiance et la fidélité sur lesquelles repose le sacrement du mariage et que les jeunes doivent voir vivre entre leurs parents. « Aujourd’hui, l’amour a de plus en plus de difficulté à avoir de l’histoire, a-t-elle relevé, et pourtant aimer signifie donner du temps : du temps comme durée de toute la vie, afin de donner à la personne la possibilité de réaliser son projet de bonheur ». « Nous devons le dire à nos enfants », a conclu la sous-secrétaire, et les législateurs ont « le devoir de créer les conditions pour rendre cela possible ».

Avec une traduction d’Océane Le Gall

About Anne Kurian

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel