Faire un don
Cinta Costera, Panama © Dicastère Laïcs, famille et vie

Cinta Costera, Panama © Dicastère Laïcs, famille et vie

JMJ Panama 2019 : les caractéristiques et le programme du voyage du pape François

Le pape va à la rencontre des souffrances des jeunes

Le voyage apostolique pour la 34e Journée mondiale de la jeunesse de Panama 2019 sera la 3e JMJ présidée par le pape François – après Rio de Janeiro (2013) et Cracovie (2016) -, lors de son 26e voyage en dehors de l’Italie, et le Panama sera le 40e pays visité depuis son élection en mars 2013, rappelle le directeur par intérim de la Salle de presse du Saint-Siège, Alessandro Gisotti.

Il a fait le point avec la presse internationale sur les caractéristiques de ce nouveau voyage et sur le programme du pape (23-28 janvier), ce vendredi, 18 janvier 2019, au Vatican. Le pape François va à la rencontre de « toutes les souffrances des jeunes ».

Caractéristiques générales du voyage

Le voyage aller s’effectuera, comme c’est la tradition, avec un avion de l’Alitalia, et au retour avec la compagnie latino-américaine Avianca.

Dans ses homélies, discours, allocutions, le pape s’exprimera toujours en espagnol. Il résidera à la nonciature apostolique de Panama.

Le missel de toutes les célébrations du voyage se trouve en ligne ici.

Auparavant, le pape ne s’est jamais rendu au Panama. Il sera le deuxième pape à visiter le pays, après le saint pape Jean-Paul II, qui y passa une journée le 5 mars 1984 dans le cadre d’un voyage dans différents pays de la région.

Le Panama représente une superficie, par exemple, d’un quart de l’Italie et il est peuplé de quelque 4 millions d’habitants, dont plus de 3 millions de catholiques.

Pourquoi en janvier ?

Deux ans et demi environ sont passés depuis la JMJ de 2016 à Cracovie. Et non trois ans, selon l’alternance habituelle : mais le mois de janvier a été choisi pour la saison. Au cours de cette période, les jeunes panaméens sont en congé. Il leur sera donc plus facile de participer à l’événement : la date a été choisie en fonction d’eux.

Le nombre des participants est moins important que pour d’autres JMJ : moins de jeunes d’Europe ou même d’Amérique du Nord, mais même dans la région, les déplacements ne sont pas faciles : ils se font en autobus.

Les participants

Pour le moment, on compte 150 000 inscrits et, comme d’habitude pour les JMJ, on s’attend à ce que les chiffres augmentent progressivement jusqu’aux célébrations finales du samedi 26 et du dimanche 27. Des adultes et des familles viendront aussi. Mais le chiffre de 700 000 avancé par certains semble « exagéré », même si de nombreux jeunes viendront de toute la région : les pays voisins se sont impliqués dans la JMJ. Des jeunes pourraient venir du Nicaragua malgré les difficultés actuelles, mais du fait de leur conscience que c’est « une occasion à ne pas manquer ».

Pour Panama ce n’est pas une JMJ « panaméenne » c’est une JMJ de toute la région.

Quelque 2 000 jeunes argentins sont également annoncés. La Conférence épiscopale française annonce 1 500 jeunes et les Etats-Unis 12 000.

Les déplacements

Pour ses déplacements en ville, le pape utilisera ou une « papamobile » ou une voiture fermée.

Le pape ne fera d’un déplacement en dehors de la ville de Panama, pour se rendre, vendredi 25, en voiture fermée, à Pacora pour rencontrer des jeunes en détention.

La suite pontificale

Le pape François sera accompagné notamment du cardinal Secrétaire d’Etat Pietro Parolin, du cardinal canadien Marc Ouellet, préfet de la Congrégation pour les évêques et président de la Commission pour l’Amérique latine, du cardinal Kevin Farrell, préfet du dicastère organisateur de la JMJ, et du substitut de la Secrétairerie d’Etat, Mgr Edgar Peña Parra, vénézuélien.

Ses hôtes pendant le voyage seront le sociologue français Dominique Wolton, auteur du livre paru en septembre 2017 : « Pape François : rencontres avec Dominique Wolton. Politique et société », aux Editions de L’Observatoire, et observateur de la relation spécifique du pape François et des jeunes. Un – jeune – employé du Vatican et une employée du centre technique du Gouvernorat participent également au voyage.

La médaille du voyage – que le pape remet aux personnes qui le reçoivent – représente la cathédrale Santa Maria la Antigua et porte le thème – marial – de la JMJ : « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole ». Au foyer de jeunes, le Hogar del Buen Samaritano, le pape offrira une sculpture représentant le Bon Pasteur.

Seront également présents le préfet du Dicastère pour la communication, Paolo Ruffini, le directeur éditoriale Andrea Tornielli, le directeur de L’Osservatore Romano, Andrea Monda, et Alessandro Gisotti lui-même.

L’environnement et la paix

Le voyage sera placé sous le signe de l’attention à la préservation de la création avec un congrès auquel participera le cardinal Peter Appiah Kodwo Turkson (Ghana), préfet du Dicastère pour le service du développement humain intégral.

Et si la JMJ s’inscrit dans le sillage du synode des évêques pour les jeunes d’octobre 2018, il prépare aussi le synode d’octobre 2019 sur l’Amazonie.

Mais la JMJ veut aussi lancer un message de paix et de réconciliation depuis l’Amérique latine, marquée par beaucoup de souffrances, comme le montre l’attentat de jeudi en Colombie. Le pape veut « manifester sa proximité aux jeunes qui souffrent ».

Le programme prévu

Le décalage horaire entre l’Italie est de 6 heures (+6h à Rome).

Mercredi 23 janvier le pape partira de l’aéroport de Rome-Fiumicino à 9h35 et il sera accueilli à l’aéroport international de Tocumen (Panama) à 16h50, avec les honneurs militaires. On y attend quelque 2 000 personnes. Il se rendra ensuite directement à la nonciature apostolique.

Jeudi 24 janvier, le pape rencontrera le président de la République, M. Juan Carlos Varela, au Palacio de las Garzas. Il prononcera ensuite son premier discours devant les autorités et le corps diplomatique, au Ministère des affaires étrangères, au Palacio Bolivar.

Il rencontrera ensuite les évêques d’Amérique centrale en l’église de S. François d’Assise, très proche du palais de la Chancellerie. Le discours du pape est très attendu.

L’ ouverture officielle de la JMJ aura lieu à 17h30 (22h30 à Rome) au Campo Santa Maria la Antigua, dans la « Cinta costera », ouverte sur l’océan. Il y aura une forme de présentation des saints patrons de la JMJ. La figure de saint Oscar Romero, très aimé, ne pourra manquer.

Vendredi 25 janvier, le pape François présidera une liturgie pénitentielle avec 200 jeunes d’un centre de détention pour mineurs – Las Garzas – à Pacora, à l’est de la capitale. Le pape va les trouver puisqu’ils ne peuvent pas participer à la JMJ. D’habitude le pape se rend disponible pour les confessions pendant les JMJ : cette fois il se rend disponible pour les jeunes détenus. Quelques 200 confessionnaux de la JMJ de Panama ont d’ailleurs été réalisés par des détenus. Un jeune de 21 ans s’exprimera au nom de ses compagnons, et la directrice du centre prendra également la parole.

Le pape rentrera à la nonciature avant de repartir pour le Chemin de croix avec les jeunes, à 17h30 (22h30 à Rome).

Samedi 26 janvier, le pape présidera la consécration de l’autel de la cathédrale-basilique de Santa Maria la Antigua, entouré des prêtres, des consacrés, des représentants de mouvements de laïcs. C’est l’un des moments de cette JMJ très « mariale ».

Le pape déjeunera avec une délégation de jeunes – comme les papes le font lors des JMJ – au séminaire San José.

La veillée de la JMJ aura lieu à 18h30 (23h30 à Rome), avec des témoignages de jeunes et un discours du pape.

Dimanche 27 janvier, la messe de clôture de la JMJ est prévue à 8h (14h à Rome) : très tôt, heure locale pour éviter la grosse chaleur. Le cardinal Kevin Farrell, préfet du Dicastère pour les laïcs, la vie et la famille, annoncera le lieu et la date de la prochaine JMJ au terme de la célébration.

Le pape se rendra ensuite à un foyer – Hogar del Buen Samaritano – pour des jeunes porteurs de handicap et des jeunes malades du sida. Déjà, au Paraguay, en juillet 2015, le pape avait fait une visite surprise à un centre pour jeunes malades du sida.

Comme c’est tradition à la fin des JMJ le pape rencontrera les bénévoles grâce auxquels l’organisation du rassemblement a été possible, au Stade Rommel Fernandez, à 16h30 (22h30).

Le pape se rendra directement ensuite à l’aéroport international de Panama, où aura lieu la cérémonie de congé, à 18h (minuit à Rome) : son avion est attendu à Rome lundi 28 janvier à 11h50.

Avec Deborah Lubov

 

 

 

About Anita Bourdin

Journaliste accréditée au Vatican depuis 1995. A lancé Zenit en français en janvier 1999. Correspondante à Rome de Radio Espérance. Formation: journalisme (IJRS, Bruxelles), théologie biblique (PUG, Rome), lettres classiques (Paris IV, Sorbonne).

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel