Faire un don
Mariage, échange des consentements et des alliances

Mariage, échange des consentements et des alliances

Institut Jean Paul II pour le mariage et la famille : mises au point sur le nouveau statut

Communiqué dénonçant des nouvelles fausses et partiales

Réagissant à une information « déformée, partisane, parfois de mauvaise foi », l’Institut pontifical théologique Jean Paul II pour les sciences du mariage et de la famille publie des mises au point sur son nouveau statut, le 29 juillet 2019.

Le double parcours en théologie et en sciences du mariage et de la famille veut encourager la recherche, explique le communiqué. Le projet académique, approuvé par la Congrégation pour l’éducation catholique, souhaite « un élargissement de la réflexion sur la famille », pour souligner sa « centralité » dans l’Eglise et dans la société.

L’Institut dirigé par Mgr Vincenzo Paglia se défend de vouloir la suppression de la chaire « Karol Wojtyla » et dément la rumeur d’une lettre de 150 étudiants qui regretteraient les nouveautés : « A ce jour, les autorités académiques n’ont reçu qu’une seule lettre de la part des représentants des étudiants de licence et de master où ils demandent des explications sur les nouveautés… Tous les étudiants ont été rapidement informés des nouveautés et rassurés. »

En outre, poursuit le texte, les statuts régulent avec précisions les rôles des autorités : la nouvelle sur une concentration des pouvoirs entre les mains du Chancelier est fausse. Dorénavant, par exemple, la nomination des nouveaux enseignants se fera par un concours public.

Le départ de deux professeurs est également expliqué : le professeur Noriega étant supérieur d’un ordre religieux, il ne pouvait plus occuper de poste stable ; et la chaire de théologique morale fondamentale du professeur Melina n’existait plus au sein de la nouvelle structure. En effet, si un nouvel accent est mis sur la morale du mariage et de la famille, en revanche l’enseignement de morale fondamentale est allégé. En revanche, d’autres enseignants dont les cours étaient réduits, se verront proposer une future collaboration.

La nouvelle relative au licenciement de certains employés administratif de l’Institut « est absolument fausse », conclut le texte : « tous continuent leur service, particulièrement lourd en cette période de changement. »

About Anne Kurian

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel