Faire un don
Spectacle sur le père Laval © photo Paul Lan

Spectacle sur le père Laval © photo Paul Lan

Île Maurice : la « Diaconie de la Beauté » présente un spectacle sur le père Laval

Le père Laval « prône la communion avec son prochain même différent, migrant ou étranger »

La « Diaconie de la Beauté », mouvement visant à renforcer les liens entre les artistes chrétiens, présente un spectacle sur la vie et l’œuvre du père Jacques-Désiré Laval (1803-1864), missionnaire français, à l’église Saint-François-Xavier, à l’île Maurice, non loin du sanctuaire du père Laval visité ce lundi 9 septembre 2019 par le pape François. 18 représentations seront données par les artistes français et créoles.

Anne Facérias, une des créatrices avec son mari Daniel de la « Diaconie de la Beauté », est productrice du spectacle tandis que Daniel est l’auteur de la pièce. Dans une interview accordée à Zenit, elle parle du spectacle, mais aussi du père Laval, « un saint pour aujourd’hui ».

« Le père Laval, souligne-t-elle, prône la communion entre les personnes et la communion avec son prochain même différent, migrant ou étranger. »

MD

Pourquoi ce spectacle sur le père Laval à l’île Maurice ?

Des amis mauriciens à la Réunion souhaitaient un spectacle sur le père Laval, nous l’avions programmé dans un futur lointain, mais quand nous avons appris la visite du pape à Maurice le jour de la fête du père Laval, nous n’avions plus aucun doute sur la période et tout s’est mis naturellement en place !

Ce spectacle est porté par la Diaconie de la Beauté et le collectif Zenfants père Laval. C’est une catéchèse qui présente de manière vivante la vie et l’œuvre du Père Laval. 18 représentations à l’église Saint-François-Xavier non loin du caveau de père Laval. Le 9 septembre, nous participerons au programme officiel autour du Saint-Père. Je suis venue en famille, c’est une grande grâce : Daniel à l’écriture, notre fils Benoît en père Laval et moi à la production !

Le père Laval est entouré de ses deux principaux collaborateurs : Ma Céleste, interprétée par Estelle Cathan, une femme extraordinaire qui l’aura secondé toute sa vie, et Emilien Pierre, joué par Ras Tempest, un ivrogne repenti qui opère une conversion spectaculaire. Ces trois personnages avec beaucoup d’humour et de vivacité rejoignent les préoccupations d’aujourd’hui : l’apostolat des laïques, le rôle des femmes, les abus sexuels subis par les femmes affranchies, l’identité culturelle… Les chansons se mélangent entre le français et le créole. L’un des chanteurs vedette de l’île Maurice participe, Ras Minik.

Merci au cardinal Piat de nous encourager dans notre mission, merci à tous ces jeunes de Caritas qui participent au spectacle, plus de 40 figurants venant des périphéries de Port-Louis, dont une vingtaine d’enfants. Le défi est relevé !

 

Qui est ce Bienheureux Père Laval ?

Prêtre français né en 1803 en Normandie qui après une carrière de médecin a reçu l’appel à la vocation sacerdotale. Prêtre dans un petit village : Pinterville du diocèse d’Évreux, il n’a de cesse que de désirer partir en mission auprès « des noirs » comme on le formulait à l’époque. C’est ainsi qu’il se retrouve à l’île Maurice, britannique alors, en 1841 il y demeurera jusqu’à sa mort en 1864. L’abolition de l’esclavage avait été décrétée par les Anglais en 1835, et les anciens esclaves affranchis vivaient dans des conditions matérielles et morales extrêmement difficiles. Le père Laval a unifié cette communauté en rendant leur dignité à toutes ces personnes, il aura été une Mère Teresa mâtinée du curé d’Ars. Il passait 8 heures par jour au confessionnal et le reste du temps, il soignait, écoutait et visitait les nécessiteux. Il était le seul prêtre catholique français et en quelques années, il a créé une vingtaine de chapelles. La communauté catholique est passée de quelques centaines à 80 000 personnes… Par ailleurs, il a été un facteur d’unité entre les différentes communautés catholiques, protestantes, hindoues et musulmanes. Il a eu une action identique à celle d’un Nelson Mandela en devenant l’apôtre de la paix et de la réconciliation avec les blancs qui possédaient l’entièreté de l’économie. C’est un saint pour aujourd’hui.

 

Que racontez-vous dans ce spectacle ?

Ce spectacle retrace la vie du père Laval. Seul prêtre catholique actif, il a su confier aux laïques et notamment aux femmes les responsabilités pastorales nécessaires à la vie communautaire. Il est incroyable de voir des femmes d’origine esclave instruire, former, préparer les personnes à recevoir les sacrements, etc…

Père Laval s’est trouvé confronté à une société violente, aux mœurs dissolues aux valeurs chrétiennes inexistantes. Que ce soit la société blanche ou noire, les gens comme aujourd’hui ne se mariaient plus, les riches profitaient hédonistes et égocentriques, les pauvres sombraient dans la misère de l’alcool et la violence. Père Laval a relevé un à un tous les aspects de la vie, il a opéré un nombre incalculable de mariages, il a remis cette société sur les rails de l’amour. Plusieurs anecdotes dont une a été mise dans le spectacle racontent comment les servantes « noires » convertissaient leurs maîtres les obligeaient à ne plus tromper leurs épouses à être justes et honnêtes. Cela lui a valu d’ailleurs une tentative d’assassinat l’oligarchie blanche des industriels sucriers voyant d’un mauvais œil ces relèvements, elle le surnommait la bête noire.

Ce spectacle est pour aujourd’hui, il insiste sur ces aspects de vie chrétienne minimale qui se délitent. L’abus sexuel, la domination, l’exploitation et l’esclavage invisible qui enchaîne les personnes à la toute-puissance de la communication virtuelle, père Laval prône la communion entre les personnes et la communion avec son prochain même différent, migrant ou étranger.

 

Qu’est-ce que la Diaconie de la Beauté ?

La Diaconie de la Beauté est un mouvement d’artistes qui s’enracine au Vatican pendant le Synode de la Nouvelle Évangélisation et qui organise chaque année un ou plusieurs spectacles sur la vie des saints. Dans chaque spectacle, nous intégrons des personnes en précarité leur proposant de les aider à se relever par la dimension artistique. Une vingtaine de groupes Diaconie se sont constitués en France, Guyane, Italie, mais aussi jusqu’ aux extrémités de la terre (Réunion, Maurice, Madagascar).

Je garde en mémoire plusieurs sessions magnifiques, retraites ou formations qui ont eu lieu à Maurice, Madagascar ou la Réunion, qui s’adressent aux artistes et à tous ceux qui s’intéressent à la beauté !

À l’île Maurice, c’est le père Gérard Sullivan, vicaire général qui accompagne la Diaconie : « Au fil des années s’est approfondie ma conviction que la beauté peut être une voie grandiose pour conduire à Dieu. Voilà donc la source profonde qui motive aujourd’hui mon engagement pastoral au sein de la Diaconie de la Beauté ou avec les artistes mauriciens de tous bords et de toutes sensibilités, nous pouvons témoigner de la foi qui nous habite, l’exprimer et l’enrichir grâce aux talents que nous a confiés ce Dieu, Artiste Absolu, qui dans son Amour infini veut vibrer en communion avec nous ».

About Rédaction

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel