Faire un don
Mgr Ladaria Ferrer, capture UFVedu

Mgr Ladaria Ferrer, capture UFVedu

Finance : Mgr Ladaria Ferrer déplore « une myopie anthropologique »

Présentation du nouveau document de la Doctrine de la foi

« À l’origine de la propagation des pratiques financières malhonnêtes et prédatrices, il y a d’abord une myopie anthropologique et une crise progressive de l’être humain », affirme Mgr Luis Francisco Ladaria Ferrer, S.J., préfet de la Congrégation pour la doctrine de la Foi.

Il est intervenu à la conférence de presse de présentation du nouveau document de la Congrégation pour la doctrine de la foi et du Dicastère pour le service du développement humain intégral intitulé « Oeconomicae et pecuniariae quaestiones. Considérations pour un discernement éthique sur certains aspects du système économique et financier actuel », le 17 mai 2018.

« Une vision anthropologique solide, avec ses implications éthiques, affirme Mgr Ladaria Ferrer, n’est pas seulement nécessaire pour une vie digne de l’homme, mais contribue aussi à l’efficacité des marchés. »

Ce document, explique-t-il, est « basé sur des preuves élémentaires et universelles » : en offrant « un jugement éthique sur certains aspects » du monde financier, « l’Église entend donner aux hommes une orientation vers une vie bonne, condition préalable incontournable pour toute forme sociale qui vise à être la moins injuste possible ».

Dans son intervention, Mgr Ladaria Ferrer évoque « la figure de saint Matthieu, apôtre et évangéliste » : « collecteur d’impôts », il « devient un disciple de Jésus et distributeur honnête de la richesse qui n’est pas seulement matérielle et qui tourne en faveur de tout l’homme et de tous les hommes ».

L’Église, rappelle le préfet, « vénère l’apôtre Matthieu comme le saint patron de ceux qui mènent des activités économiques et financières ». Sa conversion « a servi de stimulus à celle de nombreux publicains, et la rémission de ses péchés était un modèle pour tous ».

Le document réaffirme, selon Mgr Ladaria Ferrer, « que l’amour pour le bien intégral de l’homme est la clé du développement authentique ». De plus, ajoute-t-il, « sans une vision adéquate de l’homme il n’est pas possible de fonder ni une éthique ni une pratique digne de sa dignité ». « C’est précisément cette vision qui nous permet de considérer les autres non pas comme des concurrents potentiels, mais comme des alliés possibles », dit le préfet.

About Marina Droujinina

Journalisme (Moscou & Bruxelles). Théologie (Bruxelles, IET).

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel