Famille : le pape souligne l’urgence « de réelles politiques de soutien »

Il encourage les projets définitifs plus que des liens fugaces

Voeux au Corps diplomatique © Vatican Media

Voeux au Corps diplomatique © Vatican Media

Il est « urgent qu’on entreprenne de réelles politiques de soutien aux familles ». C’est ce qu’a déclaré le pape François ce 8 janvier 2018, devant les membres du Corps diplomatique accrédités près le Saint-Siège. Il a encouragé « la stabilité d’un projet définitif » plutôt que « des liens fugaces », mettant en garde contre l’hiver démographique actuel.

Depuis la salle Royale du Vatican, lors des traditionnels vœux de Nouvel An aux représentants des 185 Etats avec lesquels le Saint-Siège entretient des relations officielles, le pape a défendu « le droit de former une famille », reconnu par la Déclaration des droits humains de 1948.

« Malheureusement, s’est-il attristé, on sait comment, surtout en Occident, la famille est considérée comme une institution dépassée. À la stabilité d’un projet définitif, on préfère de nos jours des liens fugaces ». Or « une maison construite sur le sable des relations fragiles et instables ne tient pas ».

On vit un véritable hiver démographique !

« Je juge, par conséquent, urgent qu’on entreprenne de réelles politiques de soutien aux familles, dont par ailleurs dépendent l’avenir et le développement des États », a poursuivi le pape François : « Sans cette politique, en effet, on ne peut pas construire des sociétés en mesure d’affronter les défis de l’avenir. »

Le pape a également fait observer que « le désintérêt pour les familles entraîne, en outre, une autre conséquence dramatique – et particulièrement actuelle dans certaines régions – qui est la baisse de la natalité. On vit un véritable hiver démographique ! C’est le signe de sociétés qui ont du mal à affronter les défis du présent et qui deviennent donc toujours plus craintives face à l’avenir, en finissant par se replier sur elles-mêmes. »

Il s’agit donc de ne pas construire sur le « sable », mais sur « une roche », qui est « cette communion d’amour, fidèle et indissoluble, qui unit l’homme et la femme, une communion qui a une beauté austère et simple, un caractère sacré et inviolable et une fonction naturelle dans l’ordre social ».

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!