États-Unis : l’Eglise, une voix « prophétique », par le card. Parolin

Visite pour le centenaire de la Conférence épiscopale

Cardinal Parolin, capture WSJ

Cardinal Parolin, capture WSJ

Faire entendre la voix « prophétique » de l’Église aux États-Unis sur des thèmes tels que les migrations, la famille, la défense de la vie et les soins de santé, ainsi que « dans les processus internationaux de dialogue et de construction de la paix ». C’est l’exhortation qu’a adressée le cardinal secrétaire d’Etat Pietro Parolin aux évêques des États-Unis, le 12 novembre 2017, lors de la messe pour le centenaire de la Conférence épiscopale (Usccb), fondée en 1917.

Le « numéro 2 » du Vatican a en effet rendu visite aux évêques, réunis ces jours-ci à Baltimore pour leur session automnale centrée sur le centenaire.

Dans son homélie rapportée par Radio Vatican, ayant transmis aux évêques américains les vœux du pape François, le secrétaire d’État a rappelé l’histoire de la Conférence épiscopale des États-Unis, née « comme une réponse sage et inspirée par l’Esprit-Saint à l’immense souffrance humaine et au déplacement massif de populations provoqué par la Première Guerre mondiale ».

Une mission providentielle

« Les évêques américains, a-t-il raconté, ont créé le Conseil national catholique pour la guerre, en particuier pour assister au relogement de nombreuses familles obligées de quitter leurs maisons et de venir dans le Nouveau Monde à la recherche de sécurité et d’une vie meilleure… Cette mission demeure providentielle, tandis que l’Église dans votre pays essaie d’apporter non seulement une assistance matérielle mais aussi le baume spirituel de la guérison, du réconfort et de l’espérance aux nouvelles vagues de migrants et de réfugiés qui frappent à la porte de l’Amérique. »

Le cardinal Parolin a ensuite voulu rappeler « les contributions responsables » de la Usccb sur des questions sociales, notamment « la défense des valeurs morales et les droits des pauvres, des personnes âgées, vulnérables ou de ceux qui n’ont pas la parole ». Il s’est en particulier arrêté sur le « témoignage exceptionnel » donné par l’Église en défense du droit à la vie des enfants à naître et pour assurer la protection due à la famille.

« Vous l’avez fait, a-t-il ajouté, non seulement en vous confrontant dans des débats politiques dans votre pays, mais aussi en assistant des processus internationaux de dialogue et de construction de la paix, et en fournissant une aide humanitaire très nécessaire à des peuples touchés par la guerre et par les conflits civils. »

Il a souhaité que les évêques des États-Unis continuent à exercer leur « tâche prophétique en apportant le baume de la miséricorde dans les discussions qui se réfugient trop souvent dans les politiques et dans les statistiques, ignorant les visage et les besoins des personnes réelles ».

Avec une traduction d’Hélène Ginabat

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!