Faire un don
Carte de l'Egypte ©Wikimedia Commons

Carte de l'Egypte ©Wikimedia Commons

Égypte : le chemin de la Sainte Famille, patrimoine mondial de l’UNESCO ?

Demande du Ministère égyptien pour les antiquités

Les autorités égyptiennes demandent que le « chemin de la Sainte Famille » – fuyant en Egypte pour échapper à l’oppression du roi Hérode – soit déclaré patrimoine mondial de l’UNESCO, indique Vatican News en italien du 3 juillet 2019. Cette demande a été formulée par le Ministère égyptien pour les antiquités.

D’après des traditions millénaires, la Sainte Famille est passée par au moins 25 lieux au cours des trois ans qu’a duré sa fuite en Égypte. Le point de départ est Bethléem. Après avoir traversé la partie nord du désert du Sinaï, Marie, Joseph et l’enfant Jésus entrent en Égypte et rejoignent la ville de Tal Basta. Puis la Sainte Famille traverse le Nil et se dirige vers Wadi El Natrun et la région d’El Matariya (faubourg du Caire). La région d’El Maadi, dans les environs de Memphis (capitale de l’Ancienne Égypte), est une autre étape sur la route. Sur le chemin du retour, Marie, Joseph et l’Enfant dépassent le Mont d’Assiout et arrivent en Palestine après avoir parcouru plus de deux mille kilomètres.

Parlant du chemin de la Sainte Famille en Égypte, le pape François a rappelé les difficultés liées à l’exil, à l’angélus du 29 décembre 2013 : « Alors que nous fixons notre regard sur la Sainte Famille de Nazareth au moment où elle est contrainte de devenir réfugiée, pensons au drame de ces migrants et réfugiés qui sont victimes du refus et de l’exploitation, qui sont victimes de la traite des personnes et de l’esclavage dans le travail. »

« La fuite en Égypte à cause des menaces d’Hérode, a ajouté le pape, nous montre que Dieu est là où l’homme est en danger, là où l’homme souffre, là où il fuit, là où il fait l’expérience du refus et de l’abandon ; mais Dieu est aussi là où l’homme rêve, espère rentrer libre dans sa patrie, fait des projets et des choix en faveur de la vie et la dignité, pour lui-même et pour sa famille. »

Avec une traduction d’Hélène Ginabat

About Marina Droujinina

Journalisme (Moscou & Bruxelles). Théologie (Bruxelles, IET).

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel